On devine ce que font les mannequins Balenciaga sur leur tél

Élever le quotidien, s'approprier les mondanités de la vie de tous les jours, et les propulser dans la stratosphère onirique de la mode ... Un jour comme les autres dans la vie du créateur Demna Gvasalia, le génie derrière Balenciaga et son propre label, Vetements.
La connaissance de Gvasalia de ses clients transparait dans le tout nouveau lookbook de Balenciaga : on peut y voir des mannequins qui défilent et fixent leur téléphone, qui écoutent de la musique ou encore parlent au téléphone, une chose des plus banales si l’on considère à quel point les téléphones sont devenus une extension de nos corps.
Lors d’une interview avec WWD en février, Gvasalia a expliqué que son penchant pour le détournement d’objets du quotidien tout ce qu'il y a de plus banal en haute couture (on pense au t-shirt DHL et au sac IKEA bleu) n’est pas une forme d’appropriation, mais plutôt une pratique qui remonte à l’artiste Français Marcel Duchamp. Peu importe le processus, c’est le talent du designer pour nous montrer le monde du quotidien sous un nouvel angle qui est à la source de son génie.
La pré-collection automne-hiver 19 porte la signature de sa vision : des vestes cocon David Byrne-esque à la taille ajustable, de bottes en cuir seconde peau avec de minuscules talons kitten heel, des robes en soie à la coupe asymétrique, et des touches de fluo, ultra-contemporain, mariés à des matières nobles, telles que le tweed. Le concept de ce lookbook ne fait qu’ajouter à notre envie de collectionner toutes ces pièces.
Alors on a décidé d’imaginer ce que pouvaient bien dire ou faire ces mannequins sur leur smartphone : écouter de la musique, annuler leurs plans de soirée en dernière minute. Parce qu’on se reconnait complètement dans ces personnes obsédées par leurs téléphones.