Quand prendre le temps de s’inquiéter permet de garder l’esprit tranquille

Il y a beaucoup de raisons de s'inquiéter dans le monde d'aujourd'hui - et c'est un euphémisme. Entre le travail, la pandémie, nos vies persos et la crise climatique qui s'annonce, il est normal d'être plus ou moins stressé·e. Tout ce qu'on veut au final, c'est sortir de 2022 en un seul morceau. Mais l'ironie du stress, c'est que plus on essaye de garder notre calme et de continuer à vivre, plus ce stress peut s'accumuler. Et la vie ne nous laisse pas toujours la possibilité d'extérioriser sainement ces émotions.
Un nombre croissant de psychologues nous recommandent de gérer notre niveau de stress en adoptant ce que l'on appelle en anglais la technique "worry time", une méthode de gestion du stress qui consiste à consacrer une petite partie de la journée à une inquiétude intentionnelle.
Publicité
Certain·es pourraient se demander si le fait de s'inquiéter activement est une démarche saine. A-t-on réellement envie que le stress et l'anxiété que nous nous efforçons de contenir prennent le dessus ? Eh bien, selon Nancy Sokarno, psychologue chez Lysn, cette pratique peut en réalité s'avérer très bénéfique pour notre bien-être mental général. Comme elle l'atteste, l'inquiétude est souvent considérée comme un aspect négatif - bien qu'inévitable - de la vie, alors si l'inquiétude est inévitable, autant le faire de la manière la plus sûre possible.
Mais comment s'inquiéter à heure fixe sans sombrer dans la surenchère ? Lisez les conseils de Sokarno sur la façon de pratiquer cette méthode.

C'est quoi la méthode "worry time" ?

"Tout d'abord, faisons la distinction entre le fait de penser à quelque chose et s'inquiéter", dit-elle. "Penser à quelque chose est évidemment une pratique normale et peut nous permettre de réfléchir et d'analyser plus clairement une situation. S'inquiéter, en revanche, commence généralement par une certaine appréhension de quelque chose, mais conduit à la préoccupation et à l'inquiétude."
"S'inquiéter à heure fixe est une pratique par laquelle vous octroyez un temps dédié à l'inquiétude chaque jour", ajoute-t-elle. "Le but est d'utiliser ce temps (et ce temps uniquement) pour vous inquiéter, plutôt que d'étaler ces pensées sur toute la journée ".
L'idée derrière la programmation d'un temps d'inquiétude est que vous vous concentrez pendant ce court laps de temps sur ce qui vous préoccupe, avant de passer à autre chose pour le reste de la journée (ou de la nuit) !"
Publicité

Quelle est la meilleure façon d'aborder ce temps d'inquiétude ?

La technique est assez simple. Il suffit de faire un effort concerté pour consacrer chaque jour un peu de temps à l'inquiétude. La constance est essentielle ! Cela signifie qu'il faut absolument le programmer dans votre calendrier comme un événement récurrent, comme vous le feriez pour n'importe quel autre rendez-vous. "Entre 15 et 30 minutes, c'est suffisant, mais au-delà d'une heure, il peut être excessif de ruminer tous ses soucis", explique Sokarno. C'est une chose que vous devez faire sans aucune distraction ou lorsque vous savez que vous ne serez pas interrompu·e par qui que ce soit.
Et si vous vous demandez quel serait le meilleur moment de la journée pour s'inquiéter, Sokarno recommande la fin de la journée. "Idéalement, vous devriez également le faire dans l'après-midi, mais pas trop près de l'heure du coucher au cas où vous ne pourriez pas vous empêcher de rester éveillé la nuit en pensant à ce qui vous tracasse."
Si vous êtes de nature à beaucoup vous inquiéter, Sokarno suggère également de noter vos inquiétudes au fil de la journée, puis de ranger ce bout de papier (et ces pensées) jusqu'au moment programmé pour s'inquiéter.
"Écrire les pensées inquiétantes peut être thérapeutique en soi, cette pratique peut donc aussi vous aider. Lorsque vient le temps des inquiétudes, notez également toutes les autres préoccupations qui pourraient survenir pendant cette période. Notez la date et revenez sur vos inquiétudes à la fin de la semaine. Remarquez s'il y a des schémas ou des préoccupations récurrentes et réfléchissez à des moyens de soulager la source de votre inquiétude."
D'autres techniques, comme les exercices de respiration et les bains de nature, peuvent également être utiles si vous désirez une stimulation supplémentaire durant votre temps d'inquiétude.
Bien sûr, si vous trouvez que vos inquiétudes sont envahissantes, qu'elles occupent vos pensées et vous empêchent de dormir la nuit, il est peut-être temps de parler à un professionnel.

More from Mind