Quand le diabète affecte aussi la vie sexuelle

Photo par Meg O'Donnell
Lorsque vous êtes diabétique, votre vie sexuelle, comme tout le reste, est beaucoup plus compliquée. Quel que soit le type de diabète que vous avez, quel que soit votre genre et quelle que soit la personne avec laquelle vous choisissez d'avoir des relations sexuelles, l'intimité s'accompagne d'un certain nombre de réserves et de précautions qu'il faut savoir gérer. Mais en raison du tabou persistant qui entoure les discussions sur le sexe, ainsi que du manque de compréhension du diabète, la question est rarement abordée.
Comme l'explique Emma Elvin, conseillère clinique senior chez Diabetes UK, à R29 : "De nombreuses personnes rencontreront des difficultés sexuelles à un moment ou à un autre de leur vie. Si vous êtes diabétique, cela ne signifie pas que vous aurez forcément un problème avec votre vie sexuelle. Mais les personnes atteintes de diabète sont plus exposées au risque de dysfonction sexuelle".
Publicité
La perturbation de la vie sexuelle des personnes ayant un pénis est un peu plus discutée (une rapide recherche sur Google des mots "diabète" et "sexe" donne en priorité des résultats concernant les troubles de l'érection), mais cela affecte également les personnes ayant un vagin, tant sur le plan physique que psychologique.
Simone*, 29 ans et diabétique de type 1, explique à R29 que son diabète affecte complètement sa vie sexuelle.
"Le muguet est fréquent chez les personnes diabétiques - il a tendance à se produire lorsque votre glycémie (taux de glucose dans le sang) est élevée, ce qui signifie que le taux de sucre est alors plus élevé dans le sang ainsi que dans la sueur, la salive et l'urine ; cela crée un environnement parfait pour les levures". Une autre complication de l'hyperglycémie est la lésion nerveuse, qui peut également affecter les nerfs et les vaisseaux sanguins de vos organes génitaux, entraînant une sécheresse vaginale. "Si j'ai une glycémie élevée pendant un jour ou deux, cela peut m'arriver", explique Simone, ajoutant que "par le passé, ces troubles m'ont affectée à différents moments. Lorsque j'étais sexuellement active pour la première fois, c'était très embarrassant, j'essayais d'inventer des excuses pour ne pas avoir à affronter le problème avec un partenaire ou j'espérais simplement qu'il ne s'en rende pas compte".
En plus de la sécheresse vaginale, les lésions des vaisseaux sanguins et des nerfs peuvent limiter la quantité de sang circulant vers vos organes sexuels, ce qui peut entraîner une perte de sensation. Emma explique que cela signifie que "vous pourriez avoir des difficultés à être excitée, à la fois physiquement et dans votre ressenti". De même qu'une augmentation du taux de sucre dans l'urine peut accroître la probabilité de développer un muguet, elle peut également entraîner des infections urinaires.
Publicité
Pour Rebecca, 32 ans et diabétique de type 1, l'impact sur sa vie sexuelle se fait sentir lorsqu'elle présente des taux de glucose aussi bien élevés que faibles.
"Il est très facile de faire une hypoglycémie (faible taux de sucre dans le sang) pendant ou après un rapport sexuel, comme c'est de l'exercice physique", explique-t-elle à R29. "Cela signifie que je dois m'arrêter et traiter l'hypoglycémie avant de pouvoir continuer. À certains moments, pendant et après les rapports sexuels, je suis extrêmement faible, je tremble et je suis à deux doigts de m'évanouir. Et parfois, je n'ai même pas la force de percer une brique de jus de fruit avec une paille et j'ai besoin qu'on m'aide". Elle ajoute que cela ne s'est pas toujours bien passé. "Une fois, un partenaire ne m'a pas aidée et était agacé parce que nous devions arrêter notre rapport sexuel (mais pourquoi voudrais-tu continuer alors que je pourrais éventuellement m'évanouir ?)".
L'hyperglycémie est également perturbatrice, même si elle n'entraîne pas de symptômes physiques comme le muguet ou la perte de libido. "Lorsque je fais de l'hyperglycémie (taux de sucre élevé dans le sang), explique Rebecca, j'ai souvent envie de faire pipi, j'ai soif et je suis fatiguée. Cela peut interférer avec les moments intimes, car je ne suis pas physiquement capable d'avoir envie ou de faire l'amour".
Le processus de traitement de ces fluctuations de la glycémie peut être perturbant en soi, et avec des partenaires moins coopérati·f·ve·s, il peut provoquer des tensions.
"Si vous n'avez pas un partenaire compréhensif, cela peut être très difficile", ajoute Rebecca. "Dans les moments où j'ai fait l'expérience d'une glycémie élevée ou basse, je me suis sentie vulnérable - surtout quand j'ai eu besoin d'un peu d'aide. Il est difficile de trouver quelqu'un qui soit empathique et prêt à me soutenir de temps en temps".
Publicité
Cela montre à quel point le diabète affecte beaucoup de choses : le traitement et le suivi ne laissent pas de temps libre pour le sexe. Même la mise en place d'une pompe à insuline (un petit appareil électronique qui donne à votre corps l'insuline régulière dont il a besoin tout au long de la journée et de la nuit), qui faciliterait le contrôle de la glycémie, peut entraîner de nouveaux sujets d'inquiétude.
"Les appareils que je porte aujourd'hui étaient une autre source d'insécurité pour moi", explique Simone. "En fait, j'ai repoussé l'achat d'une pompe à insuline pendant des années, car lorsque j'étais célibataire et que je rencontrais quelqu'un, je ne voulais pas avoir à expliquer aux gens ce que c'était. En fonction de la pompe, il était possible qu'on m'en donne une avec des tubes qui la reliaient à moi, ce qui m'a définitivement rebuté car je ne voulais pas avoir à naviguer dans les rapports sexuels avec des tubes ou courir le risque de gâcher un moment en devant me débrancher".
L'équilibre entre tous ces facteurs, ainsi que les angoisses qui surgissent régulièrement autour du sexe, peuvent avoir des répercussions sur le plan émotionnel. C'est pourquoi il est si important de sensibiliser les gens au fait que le diabète est constamment présent et que nous devons prendre au sérieux les dysfonctions sexuelles des femmes.
Emma partage cet avis : "Nos émotions ont un impact important sur l'intérêt que nous portons au sexe. Les sentiments de peur, de gêne ou même de fatigue peuvent jouer un rôle et être difficiles à gérer. Mais il existe des soutiens disponibles, que ce soit en parlant à votre partenaire, à une amie, à un conseiller ou à votre équipe médicale".
*Le nom a été changé pour protéger l'anonymat.

More from Wellness