Pourquoi ça nous dégoute de voir des couples s’embrasser en public ?

Qui n'a jamais vécu cette situation ? Un couple s'embrasse goulûment collé à vous dans le métro en heure de pointe. Ou alors, vous êtes au restau tranquillement installé·e devant votre assiette quand la table d'à côté semble s'être donnée pour mission de prouver leur amour au monde à coup de caresses langoureuses. Les Américains ont un nom pour ça : PDA (Public Displays of affection). En français, ça donne démonstrations d'affection en public. Et on est d'accord sur un point : il n'y a rien de pire au monde (on exagère à peine).
Lorsque Megan Fox et Machine Gun Kelly ont récemment fait la couverture de GQ en affichant une passion ardente, la réaction a été viscérale.
Publicité
Le titre de cet article ? "True Romance". La légende sociale de Fox était encore plus... intense. "L'histoire de deux marginaux et amants croisés pris dans les affres d'une romance torride et solaire, avec : une obsession fiévreuse, des armes, une dépendance, des chamans, beaucoup de sang, un chaos général, une thérapie, des terreurs nocturnes tantriques, des rituels d'attachement, des bains sonores de chakra, des hallucinations psychédéliques, des smoothies biologiques et le genre de sexe qui pousserait Lucifer à serrer son chapelet", peut-on lire.
Et si la vie des célébrités a tendance à être examinée à la loupe, tout le monde semblait s'accorder sur le fait que c'était juste un peu vulgaire.
Leurs amis, Kourtney Kardashian et Travis Barker (plus connu sous le nom de Kravis) ont reçu une réponse similaire du public avec leurs posts en ligne. Ces posts sont-ils obscènes ? Pas vraiment. Sommes-nous heureux pour eux ? Autant qu'on peut l'être pour deux personnes que nous n'avons jamais rencontrées. Mais encore une fois, cet instinct de rouler les yeux ou même de rire à leurs photos d'eux, lovés l'un contre l'autre avec des légendes du genre "destroying each other" et "forever" a vraiment touché une corde sensible.
Alors, pourquoi le fait de voir deux personnes, pour lesquelles nous n'avons aucun intérêt personnel, se caresser la langue IRL ou même en images nous touche-t-il autant ? Selon certain·es expert·es, c'est une réaction assez naturelle.
Que ce soit dans un parc, à la plage ou simplement dans la rue devant chez vous (oui, cela m'arrive souvent), nous avons tou·tes dû détourner le regard lorsqu'un couple d'amoureux se livre à ce que certains appellent des gestes d'affection excessifs en public. Et nous avons probablement nous-mêmes été coupables de ce phénomène à un moment ou à un autre de notre vie. La connexion physique est une composante majeure des débuts d'une relation, et ça peut nous faire perdre la tête.
Publicité

La maladie d'amour

Un amour naissant procure un sentiment de bien-être bien particulier, comme lorsque vous avez un coup de foudre ou une nouvelle relation qui vous rend physiquement malade. Il s'agit de l'ocytocine ou "hormone de l'amour". S'infiltrant dans nos têtes et remplaçant nos cerveaux par de la bouillie, il n'est pas étonnant que nous ayons tendance à relâcher la pression sur notre seuil d'affection pendant ces périodes de lune de miel. Et, malheureusement pour notre entourage, lorsque nous débordons de tous ces sentiments puissants, nous avons besoin d'un exutoire.
Comme le dit Megan Luscombe, coach en relations amoureuses : "Nous aimons nous montrer quand nous sommes heureux et nous aimons aussi exhiber les choses dont nous sommes dingues, en l'occurrence, nos partenaires !" Donc, que ce soit avec vos ami·es autour d'un verre de mimosa ou avec les personnes qui vous suivent sur les réseaux sociaux, vous allez trouver un moyen de partager votre bonheur, même si c’est très probablement d'une manière légèrement inconsciente.
Mais pour les autres, cet étalage est un peu trop explicite et peut être interprété comme une critique de nos propres choix. Non mais ça va là ! Ces gens croient vraiment qu'ils sont plus amoureux que les autres ? Pfft.

S'embrasser ou ne pas s'embrasser en public ?

Luscombe explique que tout n'est pas noir ou blanc et que les personnes moins enclines à se montrer affectueuses en public ne doivent pas se sentir coupables de leurs préférences personnelles. "Cela ne signifie pas que vos sentiments amoureux et votre désir sont moins forts, du tout", dit-elle. "C'est juste que vous faites un choix et voulez vivre la relation autrement". Certaines personnes sont simplement plus discrètes, et il n'y a rien de mal à ça. Cependant, aucune des deux attitudes n'est nécessairement meilleure que l'autre, insiste-t-elle.
Publicité
Il est également erroné de penser que les personnes qui n'aiment pas les démonstrations d’affection en public n'aiment pas toutes les formes d'affection, ou qu'il s'agit simplement de personnes solitaires qui sont jalouses et aimeraient avoir la même chose - ce qui peut être le cas, parfois. "Le niveau de confort des personnes en matière de gestes affectifs en public peut également varier en fonction de leurs sentiments personnels", ajoute-t-elle. "Certaines personnes peuvent être à l'aise en se tenant la main mais pas en s'embrassant, en se serrant dans les bras mais pas en s'embrassant avec la langue, etc. il est important que nous connaissions tous et toutes nos propres limites." Il est toujours utile de s'informer auprès des autres parties concernées, car votre partenaire n'est peut-être pas aussi à l'aise que vous avec toutes les grandes marques d'affection en public, en particulier sur les réseaux sociaux.
L'un des problèmes des démonstrations d’affection sur les réseaux sociaux est qu'il est facile d'y voir une forme possible de surcompensation. "Les démonstrations d'affection en public, lorsqu'il s'agit de déclarations sur les réseaux sociaux, peuvent être utilisées comme un moyen de masquer les problèmes au sein d'une relation", explique Luscombe. "C’est un peu comme si ces personnes essayaient de projeter une relation 'parfaite' et de recevoir une validation à travers les commentaires." Mais le fait est que nous ne pouvons pas supposer que tout le monde partageant leur amour essaie désespérément de nous berner, et il est probablement préférable de se mêler de nos affaires et de s'en tenir à ce avec quoi vous êtes à l'aise.
Publicité

Qu'est-ce qui détermine notre opinion sur les démonstration d'affection en public ?

Comme pour la plupart de nos opinions, c'est essentiellement notre éducation qui détermine nos préférences. Le fait d'avoir grandi dans un foyer où l'on se faisait des câlins peut vous inciter à vous montrer affectueuse·x en public et à considérer cela comme la norme. Il se peut aussi que vous ayez tellement manqué de sécurité physique durant votre enfance que vous exigez plus d'attention physique que la moyenne. Le contexte culturel joue également un rôle important, car de nombreuses personnes peuvent avoir été élevées dans des cultures ou des communautés où les gestes affectueux sont considérés comme impolis, obscènes, voire immoraux. Et plus particulièrement, les femmes à qui l’on apprend dès leur plus jeune âge que leur corps doit être privé, qu'il doit être caché. Ainsi, le fait de voir des gens s'embrasser en public bouleverse beaucoup de nos croyances inconscientes.
Un autre facteur ? Le jugement. Il est dans la nature humaine de se comparer aux autres et de vouloir examiner son environnement d'un œil critique (c'est l'évolution, après tout). Ça peut aussi nous aider à nous sentir mieux dans notre vie. Vous venez peut-être de dépenser 35 euros pour un bouquin que vous ne lirez jamais, mais au moins, vous n'êtes pas en train de rouler des pelles à votre partenaire dans un parc comme un·e ado, non ?
Le problème est que même si vous détestez les démonstrations d'affection en public, il est aussi très difficile de détourner le regard. Un peu comme un accident de voiture. C'est peut-être parce que les relations amoureuses exigent un certain niveau de vulnérabilité que nous trouvons fascinant - il suffit de regarder le phénomène viral du "Couch Guy". Comme la plupart d'entre nous font encore partie de sociétés qui, sans les interdire, n'encouragent pas nécessairement ces comportements, le fait de voir les autres agir de manière aussi désinhibée et libre des contraintes de la bienséance sociale attire notre attention.
Publicité
Et, bien sûr, les sentiments que nous éprouvons à l'égard d’où nous en sommes dans la vie ou dans nos relations peuvent également nous donner l'impression que le bonheur des autres nous est imposé. L'insécurité est un sacré phénomène.

En définitive, pouvons-nous surmonter le jugement ?

Pour les personnes qui détestent les démonstrations d'affection en public, Luscombe pense qu'il faut canaliser cette énergie ailleurs. "Vous pouvez mieux accepter les démonstrations d’affection en public des autres si vous gardez à l'esprit que chaque relation est différente et présente des comportements différents", dit-elle. "L'un n'est pas meilleur que l'autre, simplement différent !"

More from Living