Ces femmes ont obtenu une augmentation grâce à ces conseils (A votre tour ?)

La première fois que j’ai négocié mon salaire, j’étais déjà en poste depuis huit ans et si je suis honnête, c’était un peu par accident. Je m’apprêtais à quitter mon poste chez Coca-Cola Enterprises et ils m’ont fait une contre-proposition pour que je reste. C’était une belle offre. J’ai donc fait part à la nouvelle entreprise, Moviefone, de mes doutes. C’est alors que Moviefone m’a offert une somme encore plus importante ! Après cette expérience, j’ai réalisé que les négociations salariales font partie intégrante du jeu et que j’aurais pu négocier une augmentation dès le départ sur la seule base de mes mérites — je n’avais pas besoin d’une contre-proposition. Mais comme beaucoup de femmes, je n’avais pas suffisamment confiance pour négocier mes propres intérêts.
Publicité
En règle générale, les femmes ont du mal à défendre leurs intérêts. Elles ont peur d’être perçues comme agressives, pressantes ou même vénales. En outre, les femmes ont tendance à se sous-estimer. Se battre pour défendre les intérêts d’autrui, ça, on sait faire — les études montrent que les femmes n’ont aucun problème à demander plus lorsque c’est pour un·e collègue, mais lorsqu’il s’agit d’exiger meilleurs salaires ou avantages pour nous-même, nous n’y arrivons pas. L’une des meilleures choses à faire pour réduire l’inégalité salariale entre les femmes et les hommes, c’est de demander une augmentation et de gagner le salaire qu'elles méritent. En tant qu’auteure, il n’y a rien de plus satisfaisant que d’entendre que son livre a pu aider un lecteur dans son parcours professionnel. Il y a de cela quelques mois, une personne m’a demandé comment négocier son salaire lorsque la situation au travail est tendue. Je suis heureuse de vous informer qu’elle a suivi mes conseils et a été augmentée. J’ai depuis échangé avec d’autres femmes qui ont également suivi les conseils de mon livre, The Myth of the Nice Girl, qui explique comment négocier avec empathie. Voici comment elles s’y sont prises — j’espère que cela vous inspirera à en faire autant.

Conseil # 1 : connaître sa valeur

Un moyen efficace de gagner en confiance consiste à déterminer en amont votre valeur et ce que vous apportez à l’entreprise, qu’il s’agisse de nouvelles opportunités d’affaire, du moral du personnel, ou de leur permettre d’économiser sur l’embauche d’un nouvel employé. Lisa*, avocate avec plus de 13 ans d’expérience au compteur, a été recrutée pour un poste unique au sein d’une nouvelle entreprise. Elle était très enthousiaste à propos du poste et de la culture d’entreprise, mais la première offre qu’on lui a faite était bien plus basse que ce à quoi elle s’attendait. Plutôt que de se laisser décourager par la première proposition, elle s’est préparée à négocier. D’abord, elle a clarifié sa propre valeur et le fait qu’elle apporte des années d’expérience pratique en droit et le désir d’aider d’autres femmes à évoluer professionnellement (ce qui avait résulté en un impressionnant réseau de femmes à la carrière brillante). Ensuite, Lisa a pris le temps de calculer la valeur de son portefeuille d'activités transférables pour aider l'entreprise à comprendre son portefeuille clients dès le premier jour et à montrer le potentiel de croissance.
Publicité
Rassembler un maximum de données tangibles permet de donner du poids à votre demande. Sue, cheffe de produit, savait très bien combien il couterait à son entreprise de la remplacer. Elle s’est adressée à des collègues chef·fe·s de projet et a fait des recherches sur Glassdoor et Linkedin pour trouver des comparaisons de salaire. Elle a également rassemblé des exemples du travail qu’elle avait réalisé durant les mois précédents et des recommandations de collègues appuyant sa valeur dans l'entreprise. « Je connaissais ma valeur et j’étais en mesure de la leur montrer, » confie Sue, qui a réussi à négocier une augmentation considérable la mettant au tarif du marché.

Conseil # 2 : se concentrer sur les avantages mutuels

Les meilleurs accords sont conclus lorsque les deux parties ont l'impression d’avoir quelque chose à y gagner. Les études montrent que lorsque les femmes négocient en gardant en tête l’intérêt de l’entreprise en plus du leur, elles augmentent leurs chances de succès. Sachant que ce que désirait le plus son entreprise était de développer de nouvelles activités, Lisa a centré ses négociations sur les nouveaux clients qu'elle avait apporté à l'entreprise et ses prouesses dans le contact et la création de lien lorsqu’elle a engagé les discussions sur le large réseau dont elle disposait. Elle a clairement indiqué qu’elle voulait une compensation adéquate pour sauter le pas dans la nouvelle entreprise.

Conseil #3 : soigner le timing

L’empathie est un excellent atout lorsqu’il s’agit de déterminer le moment optimal pour demander ce qui vous revient. A quel moment votre patron sera-t-il plus ouvert à la discussion ? Caroline, assistante du directeur musical, a fait des recherches sur sa valeur sur le marché, elle a préparé les grands points de la discussion et a demandé une entrevue au bon moment. Elle savait que son patron était plus ouvert le matin et plutôt vers la fin de la semaine. Elle a demandé à organiser son évaluation annuelle à ce moment-là. Sa préparation et son timing étaient à son avantage : lors de son évaluation, Caroline en a profité pour présenter les faits et s’est ainsi assurée une augmentation de salaire de 14 %.
Publicité
Peu importe le patron, il est toujours intelligent de planifier sa demande après une grosse réussite professionnelle — ou lors d’une étape charnière pour l’entreprise. Après que son entreprise se soit assurée de nouveaux financements, Sue a demandé à rencontrer son PDG afin de discuter de sa performance et de son avenir afin qu’ils soient tous deux préparés. Elle a su saisir l’opportunité au vol et cela a porté ses fruits.

Conseil #4 : vous en valez la peine.

Sachez que vous n’êtes pas seule — nombreu·x·ses sont celles·ceux qui sont nerveu·x·ses à l’idée de négocier. « J’étais vraiment terrifiée à l’idée de demander une augmentation, » avoue Caroline. « Il a fallu que je trouve en moi la force de surmonter ma nervosité et que je demande ce que voulais. » Les négociations peuvent sembler être une tâche particulièrement difficile, mais souvenez-vous que c’est monnaie courante et que si vous agissez avec professionnalisme, vous en ressortirez tête haute peu importe le résultat. « En lisant The Myth of the Nice Girl je me suis enfin rendue compte que ce n’était pas de la folie que de vouloir une augmentation, » explique Caroline. « Vos paroles m’ont aidée à me convaincre que je le méritais. » Vous le méritez aussi. Nous le méritons tous·te·s.
*Les noms ont été modifiés.
Publicité

More from Work & Money