J’ai découvert que mon mec me trompait sur une vidéo TikTok

Imaginez ça. Il est 8 heures du matin, un samedi. Vous êtes déjà réveillée car c'est aujourd'hui votre dernier essayage pour le mariage. En bas, votre famille se réunit pour discuter des options du petit-déjeuner du mariage. Vous ouvrez votre téléphone pour votre habituel scrolling matinal sur TikTok. La première vidéo qui apparaît est celle d'une jeune femme posant de manière flatteuse, son visage étant recouvert d'un texte disant : "Si vous vous mariez avec un ouvrier appelé Adam à Londres le 27 août, envoyez-moi un message, je sais ce qui s'est passé pendant l'enterrement de vie de garçon".
C'est vous. Vous vous mariez avec Adam et ses déboires sont maintenant exposés dans une vidéo TikTok virale créée par l'utilisatrice Polly Jae Webster. Vous pouvez voir les 380 000 personnes qui l'ont déjà vue avant que vous n'ayez eu la chance de tomber dessus - et ces dernières ont toutes des opinions sur ce que vous devriez faire ensuite.
Publicité
"Annule le mariage", écrit une utilisatrice. "Elle est idiote si elle reste", tape une autre.
Vous l'aurez compris, une nouvelle tendance TikTok fait le buzz : démasquer les infidèles. "Largue-le" est un refrain familier sur Internet et le contenu d'exposer des infidèles n'est pas nouveau, mais une nouvelle forme de vidéo TikTok, caractérisée par celle ci-dessus, fait passer les choses au niveau supérieur. Il implique des utilisat·eur·rice·s de TikTok qui publient des informations qu'ils ont entendues de la part d'inconnus parlant de leurs actes de tromperie dans des lieux publics. Certaines, comme la vidéo susmentionnée, sont simples, axées sur le texte et invitent la "victime" présumée à envoyer un message au créat·eur·rice pour en savoir plus. D'autres filment délibérément le visage de l'auteur présumé, encourageant leurs followers à faire en sorte que la vidéo devienne virale et invitant toute personne reconnaissant l'individu qui y figure à l'identifier.
Même des célébrités y ont participé. Le plongeur olympique américain Tyler Downs s'est retrouvé assis dans un avion à côté d'un homme qu'il soupçonnait de tromper sa femme parce qu'il pouvait lire les textos de l'homme par-dessus son épaule. Il a posté une vidéo exposant le mari prétendument infidèle. Dans le clip de quelques secondes, le visage de l'homme en question est filmé et Downs encourage ses followers à l'identifier avec le commentaire suivant : "Quelqu'un connaît cet homme ?". 
D'autres vidéos du même genre se moquent des situations et même des personnes concernées. Une publication de @datcutecouple, un duo d'influenceurs connu pour leur contenu sur la façon d'entretenir les relations amoureuses, a filmé un autre couple dans un aéroport autour d'un repas . Pendant que la femme mange, l'homme est face à elle mais scrolle Tinder sur son téléphone. Les créateurs ont légendé la vidéo "Qui va lui dire ?" avec un emoji qui rit. La vidéo est intitulée : "Essayons de trouver qui sont ces gens". Brutal.
Publicité
Les justiciers autoproclamés des relations sur TikTok gagnent peut-être des centaines de milliers de vues, mais les conséquences de leurs actions peuvent être graves pour toutes les personnes concernées. Certain·e·s utilisat·eur·rice·s ont vanté cette tendance comme une sorte de service numérique pour sauver les femmes. Sur la vidéo de Downs, une utilisatrice écrit : "Cette tendance est bénéfique". Une autre poste : "Vous faites vraiment le travail de Dieu ici. Au nom de toutes les femmes, merci".
D'autres, en revanche, trouvent la tendance plus troublante. L'intention est-elle vraiment de dénoncer les infidèles et de réparer un tort ? Ou le traumatisme d'inconnus est-il utilisé pour générer des likes, des vues et des partages ? On peut également s'interroger sur la légitimité de ces vidéos.
Dans le cas de vidéos comme celle de Polly Jae Webster - qui n'a pas encore répondu à la demande de témoignage de Refinery29 - le flou de l'histoire a attiré les soupçons de ses followers qui pensent que sa motivation est de devenir virale et de gagner de l'argent, et non d'aider quelqu'un.

De même, la créatrice de vidéos TikTok Talia Rae a souvent mis en ligne des vidéos pour piéger des personnes infidèles sur son compte @gayitalianjew. Dans une vidéo aujourd'hui supprimée (dont certaines parties peuvent encore être vues sur Reddit), elle s'approche d'un inconnu dans un bar et flirte avec lui après l'avoir entendu parler de tromper sa partenaire, filmant son visage pendant la conversation. À la fin de la vidéo, il se montre très intéressé par Talia et celle-ci lui révèle qu'elle est en train de le filmer. Son expression devient livide et il se dépêche de partir. En France, prendre des photos ou filmer une personne isolée et reconnaissable sans son consentement dans un lieu public est une affaire de droit civil. Si vous faites cela et que vous publiez les images sur les réseaux sociaux, elles peuvent être considérées comme diffamatoires par la personne qui a été photographiée ou filmée, et vous pouvez potentiellement faire l'objet de poursuites civiles.
Publicité
Comme beaucoup d'autres personnes participant à cette tendance, Talia Rae a activement encouragé ses followers à diffuser cette vidéo afin que l'homme puisse être identifié. Avant d'être supprimée, la vidéo avait atteint plus de 300 000 personnes.
Pour le moment, Talia Rae n'a pas répondu à la demande de témoignage de Refinery29.
Danielle*, une maman à plein temps qui prétend être la compagne de l'homme dans la vidéo de Talia Rae, a apprécié le message même s'il a été délivré d'une manière étrange.
"C'était mon fiancé. Moi et son bébé de 5 mois étions à la maison en pensant qu'il était à un autre endroit. Je suis reconnaissante de savoir", a-t-elle écrit dans les commentaires de la vidéo d'un compte désormais disparu.
Le fiancé de Danielle n'est pas le seul infidèle présumé que Talia Rae a apparemment surpris. Une grande partie de son contenu tourne autour de ce thème. Dans une vidéo, elle et une amie cherchent spécifiquement à prendre un homme en flagrant délit parce qu'elles "s'ennuient".
S'adressant à Refinery29, Stacie*, 21 ans, de Los Angeles, a déclaré être la partenaire de la personne dans cette vidéo particulière et s'est sentie "humiliée" par cette épreuve. "Je suis soulagée de savoir, mais j'aurais aimé le découvrir autrement que par TikTok. Mais bon, je ne sais pas si cela aurait été possible sans TikTok donc c'est mieux que rien".
Poppy*, 22 ans, du Tennessee, a commenté la vidéo en disant : "Merci pour travail de sensibilisation - il me trompait tout le temps". Après que Refinery29 l'ait contactée pour un témoignage, elle a déclaré être l'ex-copine de l'homme dans la vidéo. Elle affirme qu'il l'a également trompé lorsqu'ils étaient ensemble. Elle dit s'être sentie mal en voyant la vidéo sur son fil d'actualité et que cela a du être terrible pour sa partenaire actuelle. "J'étais soulagée d'avoir pu le découvrir par moi-même, c'est moins gênant, mais je pense que j'aurais été reconnaissante de le découvrir de n'importe quelle manière. C'est triste et ça fait mal, mais il vaut mieux savoir que ne pas savoir".
Publicité
Peut-on être sûr que ces femmes sont bien celles qu'elles prétendent être ? Non. Mais leur volonté de s'exprimer, dans tous les cas, montre à quel point cette tendance est devenue répandue. Malgré la gêne occasionnée, Poppy m'a dit qu'elle pensait que la tendance TikTok à démasquer les infidèles était une bonne chose, ajoutant : "Aucune femme ne mérite ça".
Le Dr Maja Golf Papez est maître de conférences en marketing à la University of Sussex Business School. Ses recherches sont particulièrement axées sur le côté obscur des relations médiatisées par la consommation et la technologie : des relations qui sont négligées, inattendues, gênantes, irritantes et problématiques. Elle est préoccupée.
"Démasquer les infidèles apporte de la visibilité aux Robin des Bois de TikTok, du trafic sur les plateformes et du plaisir voyeuriste aux téléspectateurs", m'a confié Maja. "Les gens utilisent TikTok pour observer la vie des autres et aiment assister à la révélation de leurs secrets et à l'exposition leur linge sale. Les réactions embarrassantes, furieuses, tristes ou nonchalantes d'une cible lorsqu'elle est exposée sont de la musique aux oreilles de ce que Clay Calvert (2004) appelle une 'nation de voyeurs'. Il s'agit de personnes obsédées par la consommation d'informations sur la vie apparemment réelle et non protégée des autres".
"L'attrait voyeuriste de la dénonciation des infidèles permet aux spectateurs qui recherchent l'occasion de regarder et d'être divertis d'observer sans être vus", a ajouté Maja.
Maja s'inquiète également de la possibilité que les créat·eur·rice·s de TikTok utilisent cette tendance simplement pour gagner plus de followers. Les contenus relatifs à la tromperie ont toujours bien fonctionné en ligne. Si vous avez une histoire de tromperie, vous pouvez facilement attirer l'attention, l'engagement et même le profit sur TikTok si vous faites partie du Portail des créateurs. Dans une sous-communauté baptisée #messytiktok, les utilisat·eur·rice·s postent et regardent du contenu sur ce sujet, qu'il s'agisse de pères indignes ou de partenaires infidèles pris sur le fait. Le hashtag compte 2,6 milliards de vues.
Publicité
Selon Seek Metrics, une vidéo TikTok avec 300 000 lectures et plus de 1 000 commentaires peut rapporter environ 6 000 dollars (5 121 euros). Si l'engagement est faible, il peut tout de même rapporter en moyenne 3 000 dollars (2 561 euros). Étant donné qu'il y a énormément d'argent à gagner avec des contenus de tromperie divertissants - et que les vidéos ne sont souvent pas supprimées une fois que le destinataire a été trouvé - cette tendance est-elle vraiment éthique ou concerne-t-elle vraiment la victime ?
Indépendamment des bonnes intentions qui peuvent être en jeu, Maja ajoute que cette tendance des réseaux sociaux a de graves conséquences pour les cibles qui sont humiliées publiquement. La plupart des commentaires sur ces vidéos sont ceux de personnes qui insistent pour que la femme en question mette immédiatement fin à la relation, et qui font part de leur déception si ce n'est pas le cas.
"Nos vies sont médiatisées par Internet et la désapprobation morale publique a de graves conséquences sur la vie professionnelle et sociale de la cible", met en garde Maja. "Les cibles peuvent se sentir déshumanisées et voir leur réputation altérée de façon permanente, qu'elles expriment publiquement ou non leurs regrets et leurs remords". 
C'est un point très important. Que se passe-t-il lorsque la vidéo appartient désormais au passé ? Rose*, 31 ans, a découvert que son partenaire Tony* la trompait, huit ans après le début de leur relation. Elle dit qu'ils "n'étaient pas seulement engagés, mais installés" avec une hypothèque et un mariage à venir. Rose a découvert que Tony le trompait non pas en vérifiant son téléphone ou en parlant à ses amis - comme le font beaucoup de femmes - mais en scrollant sur Instagram.
Publicité
Une femme que Rose ne connaissait pas avait téléchargé une photo d'elle et de Tony, avec ce que Rose décrit comme une "légende cryptique" sur le fait d'avoir plusieurs partenaires. C'est alors que Rose a compris que Tony la trompait. "Je pense encore qu'elle l'a posté pour que j'aie un moyen de le découvrir sans qu'elle ait à me le dire directement. Je pense qu'elle voulait faire ce qui était juste", m'avoue Rose.
"Le découvrir sur les réseaux sociaux a été brutal cependant. J'aurais aimé qu'elle trouve le courage de m'envoyer un message", poursuit-elle. "Ce post m'a hanté pendant toute l'année suivante. Trop de gens ont vu ce qui s'est passé avant moi", explique Rose. 
En revanche, Amy*, 30 ans, de Londres, a découvert que son partenaire Jason* la trompait grâce à son propre TikTok (désormais supprimé). Le couple travaillait à l'étranger pendant quelques mois alors que Jason était en congé sabbatique et Amy a téléchargé une courte vidéo d'eux deux en train de se relaxer. Quelques jours après l'avoir publiée, Amy a reçu un message d'une femme qui lui a dit que son copain sortait avec quelqu'un d'autre.
Bien qu'il ait vécu avec Amy pendant huit ans et qu'ils aient eu une maison ensemble, Jason a entretenu une relation sérieuse avec une autre femme pendant 18 mois. Amy l'a découvert lors d'une conversation privée, mais Hannah* (l'autre petite amie de Jason) l'a appris via le TikTok public. Bien que la vidéo ait été vue moins de 500 fois, Amy affirme que cela a été dévastateur pour Hannah.
Publicité
"Je n'essayais pas d'envoyer un message à qui que ce soit avec ma vidéo. Je ne savais pas qu'il y avait un message à partager", explique Amy. "Mais elle avait le cœur brisé, elle était dévastée et surtout embarrassée. Le fait qu'elle l'ait découvert sur les réseaux sociaux l'a tellement bouleversée. Elle avait l'impression que tout le monde la voyait comme une briseuse de couple".
"C'était ma décision de dire aux gens ce qui s'est passé. Tout le monde dans ma vie sait ce qui s'est passé parce que c'était mon choix. Hannah n'a pas eu la même option".

Amy croit fermement que le fait que d'autres personnes connaissent vos problèmes avant vous vous prive de la possibilité de choisir votre propre voie. Cela vous prive de votre propre capacité d'action en cas de crise.
"C'est difficile de revenir vers quelqu'un si tout le monde sait ce qui s'est passé entre vous", réfléchit-elle. "Cela vous enlève l'option de rester, surtout lorsque les spectateurs commentent leurs opinions sur ce que vous devriez faire ensuite".
En fin de compte, Maja affirme que les "shamers" de TikTok - comme celles et ceux qui commentent ces vidéos et critiquent les femmes qui restent dans la relation - sous-estiment l'impact négatif que leur désapprobation peut avoir sur les personnes concernées.
"Il est probable que l'humiliation en ligne soit une punition disproportionnée pour la transgression", note Maja. En effet, la tromperie est fréquente et la psychologue populaire Esther Perel pourrait faire valoir que ce n'est pas nécessairement la pire chose qui puisse arriver dans une relation. Les estimations varient mais, dans le haut de l'échelle, 75 % des hommes et 68 % des femmes admettent avoir trompé d'une manière ou d'une autre, à un moment ou à un autre de leur relation (des recherches plus récentes, datant de 2017, suggèrent que les hommes et les femmes sont désormais engagés dans l'infidélité à des taux similaires).
Publicité
Il est difficile de dire si cette tendance est une bonne chose ou non. Elle expose peut-être l'infidélité et la malhonnêteté, mais elle le fait de manière très publique, ce qui peut avoir des conséquences extrêmes sur la santé mentale, les possibilités de carrière ou même les relations futures de toutes les personnes concernées. 
Comme l'a noté Jon Ronson dans son livre de 2015 So You've Been Publicly Shamed, nous utilisons l'humiliation comme une forme de contrôle social. "Nous savons que les gens sont compliqués et ont un mélange de défauts, de talents et de péchés", a-t-il écrit. "Alors pourquoi prétendons-nous que ce n'est pas le cas ?".
*Les noms ont été modifiés pour protéger l'anonymat des personnes citées.

More from Living