Alors “cheugy” ou pas ? Le nouveau terme de la Gen Z fait débat

Photo : Getty Images.
Il y a, une fois de plus, un terme tendance qui devient viral. Un terme qui divise les générations et les genres. Un terme qui désigne un certain nombre de préférences en matière d'alimentation, de mode, de décoration et d'esthétique en fonction de leur caractère peu branché. Ce terme est "cheugy" et il nous vient tout droit des États-Unis.
"Cheugy", comme le définit le TikTok viral qui a tout déclenché, est "le contraire de tendance". Le mot ne désigne pas seulement tout ce qui n'est pas à la mode. Il indique également à quel point un·e cheug peut être "en retard" pour avoir suivi une certaine tendance longtemps après son apogée. Pour qu'un produit soit considéré comme "cheugy", il doit avoir été à la pointe de la mode à un moment donné.
Publicité
Cheugy, selon le trio de créatrices interrogées par le New York Times, regroupe l'esthétique des girlboss millennials, les "girlies" des MLM et le basique Christian Girl Fall (le principe du Hot Girl Summer mais en automne) comme étant irrémédiablement non tendance. Ce sont les faire-part de mariage avec la police girly que l'on voit imprimer sur toutes les tasses et les bon vieux écriteaux "Live, Laugh, Love". C'est définitivement les formes chevrons et les Minions. C'est les Uggs et les dortoirs trop décorés, mais c'est aussi Hype House et, selon l'une des créatrices du mot, les lasagnes (oui, vous avez bien lu).
Le terme a été introduit sur TikTok à la fin du mois de mars, mais il n'a pas suscité beaucoup d'intérêt avant que le New York Times n'en parle. Étant donné la capacité du journal à légitimer tout ce qu'il couvre, "cheugy" est passé du statut de mot inventé par un petit groupe de jeunes de 20 ans à celui de mot "réel" capable d'énerver et d'offenser de vraies personnes. En France, le terme reste encore peu connu et utilisé mais connaissant la vitesse à laquelle se développe une tendance sur TikTok, ce ne serait tardé.
Au cours des dernières semaines, des comptes TikTok ont fait découvrir à des milliers de personnes ce que certain·e·s appellent "un mot de la génération Z", ravivant la confrontation vraiment épuisante entre la génération Z et les millennials du début de l'année, et suscitant des contre-TikToks défendant les formes chevrons, Starbucks et les slims.
Publicité
Cheugy est en train de devenir aussi répandu que le souhaitaient ses créatrices, mais son utilisation est surtout alimentée par des réactions négatives. Alors que certain·e·s voient dans "cheugy" un mot neutre, d'autres y voient un regroupement réducteur, dédaigneux, voire offensant, de personnes qui aiment simplement ce qu'elles aiment. Pour chaque personne comme Trisha Paytas qui s'appelle fièrement "cheug", il y a une autre personne qui crie à la misogynie ou au classisme.
La contribution la plus précieuse au discours sur le mot cheugy à ce jour est sans doute un TikTok de la créatrice @kierabreaugh. Dans un stitch avec le célèbre créateur millénial @rod, Kiera affirme que cheugy n'est "pas une expression qui est venue de la génération Z aux millénials", mais plutôt un mot qui est venu "des filles blanches" pour décrire "d'autres filles blanches". Elle ajoute qu'il est intéressant de regarder "les femmes blanches micromanager ce qui rend les autres femmes blanches cool" et la vidéo utilise le hashtag : #internalizedmisogyny. Selon Kiera, il s'agit juste d'un comportement méprisant d'une femme blanche envers une autre femme blanche, ni plus ni moins.
Urban Dictionary a deux définitions pour le mot "cheugy". Selon la première, rédigée par @cheuglife (qui est aussi le nom d'un compte Instagram populaire répertoriant, vous l'aurez deviné, tout ce qui est cheugy), cheugy est tout ce qui était "stylé au collège et au lycée mais qui n'est plus tendance". Cette définition montre à quel point le mot est spécifique sur le plan local, racial et socio-économique. Si le critère utilisé ici est ce qui était autrefois à la mode au collège et au lycée, alors ce qui est "cheugy" pour les classes de 2014 est différent de ce qui est "cheugy" pour les classes de 2020.
Publicité
Au mieux, il s'agit d'un mot spécifique à un groupe de personnes ayant un passé commun, rendu inutile une fois appliqué à d'autres contextes. Peut-être qu'une définition plus précise du mot "cheugy" serait de le considérer comme un mot décrivant la façon dont les jeunes femmes "branchées" se remémorent les anciennes tendances qu'elles ont autrefois adoptées et contestent les personnes qui les adoptent encore.
Le mot cheugy et son histoire d'origine sont truffés de contradictions. D'après l'article du New York Times, la créatrice a inventé "cheugy" lorsqu'elle était adolescente en 2013, et le mot s'est répandu parmi ses camarades de classe et ses ami·e·s du campus. "Tout le monde dans notre sororité connaît le mot cheugy", ajoute l'une des créatrices. Bien sûr, certain·e·s diront que tout ce qui concerne les sororités est indéniablement "cheugy". Comme le précise la deuxième définition de Urban Dictionary, publiée quelques jours après l'article du New York Times, le mot a été inventé par une jeune femme blanche de 23 ans, "sur laquelle l'ironie est apparemment perdue".
À cette fin, il convient de souligner que ce qui était autrefois considéré comme cheugy n'est pas destiné à le rester à jamais et peut, en fait, être sauvé par les élites aisées - le genre de personnes qui inventent des mots comme "cheugy" - et réorienté vers des anciennes tendances. De même, les ongles longs en acrylique et les bijoux en or, qui sont aujourd'hui tendance, seront considérés comme cheugy une fois que les élites blanches cool passeront à autre chose.
Mais les tendances, la modernité et la coolitude sont toutes relatives, et la limite de cheugy est qu'il ne parle que d'une catégorie très spécifique du spectre des tendances. On pourrait même dire que le mot "cheugy" a déjà été tellement surexposé qu'il est lui-même cheugy - s'il a jamais été assez tendance pour être qualifié.

More from Tech