NFT : tout savoir sur ces jetons qui peuvent rapporter gros

Photo : Courtesy of CryptoKitties.
La chanteuse Grimes a récemment gagné des millions d'une manière peu commode : en vendant des œuvres d'art et de courtes vidéos sous forme de NFT, également appelés jetons non fongibles (non fungible tokens) - et elle n'est pas la seule. Les NFT représentent les droits d'une œuvre d'art numérique ou d'un autre média - et certains pensent qu'ils seront bientôt plus courants que le bitcoin. En réalité, les NFT sont déjà largement répandus : le célèbre influenceur Logan Paul a gagné des millions grâce à eux ; la rappeuse Azealia Banks a vendu une sex tape audio de 25 minutes pour l'équivalent de 18 000 dollars (15 126 euros) ; et Kings of Leon sera le premier groupe à sortir un album sous la forme de NFT. Dans ce dernier cas, en achetant le NFT du groupe, les propriétaires peuvent accéder à des avantages spéciaux tels que des billets pour de futurs concerts, des œuvres audiovisuelles exclusives, etc.
Publicité
Mais revenons un peu en arrière. Que sont exactement les NFT, quel est l'intérêt d'investir, où peut-on les acheter et pourquoi en entendons-nous tellement parler en ce moment ?
Comme indiqué ci-dessus, les NFT sont des jetons numériques représentant une œuvre d'art ou un média. Ce qu'ils ne sont pas : des crypto-monnaies. En effet, leur valeur n'est pas stable ou sujette à de faibles fluctuations. Au contraire, la valeur des NFT peut varier à la hausse ou à la baisse, en fonction de la demande. En ce sens, acheter un NFT, c'est comme acheter une œuvre d'art : la demande détermine la valeur et est soumise aux fluctuations du marché, aussi extrêmes soient-elles. (En ce sens, les NFT sont un peu comme des actions).
Les NFT peuvent être achetés sur des marchés en ligne comme OpenSea, utilisés par les artistes pour forger leurs œuvres (minting). Une fois les œuvres forgées, elles sont publiées sous forme de jetons et, à partir de là, les acheteurs peuvent soit acheter les NFT, soit faire des offres avec des crypto-monnaies. Mais, contrairement à l'achat de tableaux physiques, par exemple, lorsque vous achetez un NFT, vous obtenez les droits sur un actif numérique, et non sur l'actif lui-même. En d'autres termes, un cryptoartiste m'a dit que cet article pourrait même être minté en un NFT ; si quelqu'un l'achetait, il n'achèterait pas l'article au sens propre, mais son actif numérique.
"La chose que vous achetez est un code qui se manifeste sous forme d'images", a expliqué à la NPR Donna Redel, professeur de crypto-actifs numériques à la Fordham Law School. Une question fréquente au sujet des NFT est de savoir si, étant donné que vous ne possédez que les droits sur un article et non l'article lui-même, vous ne risquez pas de vous faire arnaquer. Mais, alors que quelqu'un d'autre pourrait télécharger ou imprimer la même œuvre d'art, il y a une trace de votre propriété. Et comme ces jetons se trouvent sur une base de données décentralisée (la blockchain Ethéréum), cet acte est public, ce qui réduit également la possibilité de fraude ou de vol et permet aux acheteurs potentiels de vérifier leur authenticité. 
Publicité
Un autre attrait des NFT est l'élément créatif, ce qui n'est pas le cas des crypto-monnaies. Bien que certains collectionneurs de NFT soient des amateurs de crypto-monnaies, d'autres aiment simplement posséder des œuvres d'art (ou sont fans de personnes comme Grimes et Azealia Banks, peut-être) ; beaucoup ont comparé les NFT à des cartes à collectionner ou à des objets de collection. L'artiste Silje Thorn, qui a découvert les NFT l'été dernier, explique à Refinery29 que de nombreux acheteur·euses n'ont pas l'habitude de payer pour des objets numériques, "notamment dans les jeux vidéo, où l'on paie souvent de l'argent réel pour des choses comme des objets, des tenues et des accessoires dans le jeu". Le pivot vers la dépense d'argent sur le cryptoart, explique Silje, n'est pas dramatique.
Et il y a plusieurs raisons pour lesquelles les créateur·ices sont attiré·es par le monde des NFT. Sarah Zucker, qui travaille sur plusieurs supports et se spécialise dans les œuvres d'art numériques, a été enthousiasmée par la possibilité d'éditer et de valoriser ses œuvres de la même manière que les artistes plus "traditionnels" l'ont toujours fait. Elle a minté son premier NFT en 2019. "Le fait que votre travail soit vu et discuté comme quelque chose de réel et de tangible a des avantages psychiques et émotionnels au-delà de l'aspect évident de changer la vie en permettant de vivre directement de votre travail", explique Zucker à Refinery29.
Comme le dit l'artiste Cat Russell, les NFT offrent aux créateur·ices "une méthode pour présenter et vendre [leur travail] sans avoir à passer par la logistique de l'impression". Grâce à des plateformes décentralisées comme OpenSea, les artistes ne sont pas seulement en mesure d'atteindre une grande communauté internationale d'acheteurs diversifiés : ils et elles peuvent vendre directement leurs œuvres et avoir le contrôle de leur produit. Pour reprendre les termes de Cat, ce système élimine les intermédiaires. 
Publicité
Les créateur·ices peuvent également continuer à percevoir des royalties lorsque leurs jetons sont revendus, ce qui, selon les artistes numériques, est révolutionnaire. "Il est incroyablement difficile de gagner sa vie en tant qu'artiste, en particulier pour les artistes numériques, qui ne peuvent pas facturer autant que les artistes qui vendent des œuvres physiques qui ne peuvent pas être dupliquées comme l'art numérique", explique Silje à Refinery29. "Et en plus de cela, même pour les artistes qui créent des œuvres physiques, le monde de l'art est si exclusif que la plupart n'iront pas loin, soit parce qu'ils n'ont pas les bons contacts, soit parce qu'ils sont désavantagés géographiquement".
La critique la plus courante à l'égard des NFT est la même que celle formulée à l'égard d'autres formes de crypto-monnaies. Comme les ordinateurs doivent vérifier les transactions au sein d'un réseau complexe de crypto-monnaies pour "miner" le bitcoin, ces transactions consomment beaucoup d'énergie, ce qui a un impact considérable sur l'environnement - certains chercheurs de l'université de Cambridge affirment que l'empreinte carbone du bitcoin est plus importante que la consommation annuelle d'énergie des Pays-Bas.
Cependant, il y aurait des passionné·es de crypto-monnaies qui s'efforcent de résoudre ce problème. Plusieurs cryptoartistes m'ont également confié que la communauté est consciente de l'impact environnemental de l'Ethéréum. "Les artistes sont également contrariés par l'inefficacité du système, et tentent de faire pression pour qu'il soit moins nocif, en mettant la pression sur les développeurs et en forçant les participants à réfléchir à des solutions alternatives", explique la cryptoartiste DaniellaDoodles.
Publicité
Il y a aussi la critique selon laquelle les crypto-monnaies ne sont rien d'autre qu'un passe-temps pour les bros de la Silicon Valley, mais c'est une autre perception que les cryptoartistes veulent corriger. Silje est membre de Women of Crypto Art, un groupe qui a pour objectif d'aider les femmes à gagner davantage grâce aux ventes de NFT, de remédier aux disparités entre les genres et de fournir un espace de soutien aux femmes artistes. 
Les investisseurs, les artistes numériques et les producteurs comme Steve Aoki, estiment que les NFT pourraient bien représenter l'avenir. "Les NFTs permettent aux œuvres d'art numériques d'avoir la même qualité de rareté qui donne leur valeur aux œuvres d'art physiques, tout en leur permettant de conserver une visibilité infinie dans leur format natif", explique Zucker. "C'est aussi simple que cela change la donne".
Et puis il y a les gens qui ne comprennent tout simplement pas, par exemple, pourquoi une oeuvre numérique d'un artiste nommé Beeple s'est vendu 69 millions de dollars. Mais Zucker affirme que les personnes qui sont attirées par les NFT - pour quelque raison que ce soit - sont touchées de différentes manières. "À mon avis, surtout après la pandémie de l'année dernière, nous vivons de plus en plus dans un monde numérique", explique Zucker. "Il est donc logique que nous développions des systèmes de valeur autour des éléments esthétiques et créatifs qui peuplent ce monde".

More from Tech