On avait une vie sexuelle fabuleuse, puis le confinement est arrivé

Illustration de Naomi Blundell Meyer
Bienvenue dans la rubrique "Love Lockdown : l'amour en confinement", une nouvelle chronique hebdomadaire sur la façon dont les gens gèrent leurs relations amoureuses au temps du coronavirus.
Lundi soir dernier, mon mari Phil et moi avons regardé la diffusion de Boris Johnson à la télévision tout en partageant un peu de crumble à la rhubarbe et de la glace sur le canapé. Lorsque le confinement a été officiellement annoncé, j'ai regardé Phil du coin de l'oeil pour connaître sa réaction. Quelque chose dans l'air était un peu… sexy ?
Ce soir-là, alors que la réalité de nos nouvelles vies s'est fait sentir, j'ai commencé à avoir hâte d'être enfermée avec Phil et de passer du bon temps ensemble. Il est en déplacement professionnel quasiment toutes les semaines, nos moments ensemble sont donc limités. Malgré tout, nos journées du lundi au vendredi sont remplies de textos à l'eau de rose, d'appels FaceTime et de retrouvailles passionnées ; même si nous sommes ensemble depuis des années, nous avons du mal à nous séparer et je ressens encore des papillons quand je le vois.
Publicité
J'avais la tête remplie d'idées. Serait-ce la meilleure excuse pour une lune de miel à la maison ? Qui aurait besoin de s'envoler vers un endroit exotique quand on peut faire des pique-niques romantiques sur le sol de la cuisine, avoir une vie sexuelle torride 24 heures sur 24, se bécoter dans le couloir, prendre un bain aux chandelles et se faire des câlins dans la buanderie.
Ça me semblait être le plan parfait, et aussi réaliste. La romance est loin d'être morte dans notre relation. Depuis qu'on a acheté notre maison il y a deux ans et demi, je me réveille avec Phil qui me prépare le petit-déjeuner chaque matin (qui varie entre une omelette espagnole et un assortiment de fruits et de céréales disposés sur la table de la salle à manger), et tout ça parce qu'il sait que j'ai du mal à être opérationnelle avant 9 heures.
Vous pouvez donc imaginer pourquoi je pensais que le confinement serait comme un film de Nicholas Sparks.
Mais voilà le problème. Avant le confinement, on commençait et finissait normalement la journée ensemble, mais maintenant, toute routine a complètement disparu. L'isolement, le télétravail et une seule promenade par jour font que nos habitudes de sommeil et d'alimentation ne coïncident pas. Je vais au lit et je me réveille plus tard, alors que Phil a gardé sa routine habituelle de lève-tôt. Et là où on se faisait habituellement des mamours après un film le soir, les actualités sur le coronavirus nous laissent épuisés et débordés.
Publicité
Malgré tout, et compte tenu de l'affection qui règne dans notre mariage, je pensais que faire l'amour en confinement serait une affaire comme une autre. Plus de temps à la maison = plus de sexe, n'est-ce pas ? Faux. Nos journées ont été en quelque sorte remplies d'heures de travail plus longues, de boulimie, de sorties précipitées dans les supermarchés, de discussions Houseparty, d'exercices en ligne et d'actualités sur le Covid-19.
Et quand il s'agit de se sentir sexy en confinement, je ne me suis jamais sentie aussi loin. Ne pas se rendre en ville pour des réunions ou sortir dîner avec des ami·e·s signifie laisser place aux coiffures sauvages 24 heures sur 24, reléguer le maquillage au second plan et rester dans mon pyjama jusqu'à 14 heures.
Jeudi, on a réalisé qu'on n'avait pas pour priorité de passer du temps ensemble, même si on passait chaque minute ensemble. J'étais à 40 minutes de mon cours virtuel de Zumba, qui se déroulait dans la cuisine, quand Phil m'a fait signe de monter. Je transpirais abondamment et j'étais tellement essoufflée en essayant de me familiariser avec la rythmique de la salsa que je n'ai même pas pu lui exprimer un refus verbal. On a dû admettre que nos pulsions sexuelles n'étaient tout simplement pas synchronisées.
Quand on a compris que ce n'était pas normal pour nous, on s'est mis d'accord pour trouver du temps ensemble sans aucune distraction. On avait pensé que l'isolement conduirait inévitablement à plus de temps ensemble, mais c'était de la complaisance.
Publicité
Il nous est apparu que le temps et les efforts que nous avions consacrés à notre mariage avant le Covid-19 étaient toujours nécessaires - sinon plus.
Trouver la paix dans la positivité et l'appréciation nous a aidés à retrouver un état d'esprit plus sain - et on fait de notre mieux pour éviter Twitter et toutes les chaînes d'information du moment.
Quant à moi, j'ai appris l'importance de prendre soin de soi dans le cadre d'un confinement. J'ai essayé de revenir à ma routine de soins de la peau et de me faire plaisir avec des masques et des soins du visage chez moi, ce qui m'a sauvé la vie. J'ai même recommencé à remettre chaque matin mon parfum pour me sentir mieux. Le fait de me concentrer sur mon propre bien-être mental nous a aidés tous les deux à établir nos priorités et à trouver un sens en cette période incertaine et effrayante.
L'amour en confinement est sans aucun doute un nouveau défi pour les couples, que vous commenciez tout juste à vous fréquenter, que vous viviez un mariage heureux ou que vous célébriez un évènement important. Mon conseil est d'essayer d'accepter que le monde est dans une phase de deuil temporaire. Et pendant que vous aspirez à retrouver vos habitudes, que ce soit une vie sexuelle épanouie ou la reprise de votre passe-temps favori, nous essayons tou·tes de trouver un semblant de normalité dans cette période de transition. Et c'est normal.

More from Sex & Relationships