Le syndrome des ovaires polykystiques rend plus vulnérable au Covid-19

Photo par Savanna Ruedy
En ce qui concerne le Covid-19, nous ne sommes pas tou·tes·s également à risque. Les facteurs de santé susceptibles d'augmenter les chances d'attraper le Covid-19 sont notamment l'âge avancé, les maladies sous-jacentes comme le diabète, les maladies respiratoires chroniques ou les maladies cardiovasculaires et le surpoids. Un facteur de risque moins connu est le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), une affection endocrinologique courante qui touche une femme sur dix en âge de procréer.
Dans une étude publiée en mai 2021, des chercheurs de l'université de Birmingham ont découvert que les femmes souffrant de SOPK courent un risque nettement plus élevé (52 %) de contracter le Covid-19 que les femmes sans SOPK.
Publicité
Le Dr Christina Papadopoulos, médecin généraliste chez Livi, un prestataire de soins de santé numériques, explique à R29 que les affections que l'on rencontre couramment parallèlement au SOPK sont des facteurs évidents. "Le SOPK est un trouble complexe qui est associé à un risque accru de maladies cardiométaboliques, telles que le diabète de type 2, l'obésité, la stéatose hépatique non alcoolique et l'hypertension artérielle. Toutes ces conditions sont connues pour être des facteurs de risque en soi pour le Covid-19".
Toutefois, lorsque les chercheurs ont pris en compte l'IMC et le diabète dans l'étude, ils ont encore constaté un risque accru associé aux personnes atteintes du SOPK. "Dans notre étude, nous avons comparé le risque à celui de femmes ayant un poids corporel similaire [mais pas de SOPK]", explique la professeure Wiebke Arlt, directrice de l'Institut du métabolisme et de la recherche sur les systèmes à l'université de Birmingham. "Et par ailleurs, nous avons constaté qu'il y a toujours un risque significativement accru". L'étude a révélé que les femmes souffrant de SOPK mais ne présentant pas d'autres problèmes de santé sous-jacents comme le diabète ont tout de même un risque accru (28 %) d'attraper le COVID.
La théorie qui sous-tend ce risque permanent est liée aux androgènes (hormones "masculines"). "Le SOPK se caractérise par un excès d'androgènes", explique Papadopoulos. "Il existe déjà des preuves solides que les hommes sont plus prédisposés au Covid-19 que les femmes, et bien que le mécanisme exact de ce phénomène soit encore en cours d'investigation, il est probable que les hormones sexuelles masculines soient impliquées dans l'augmentation de la susceptibilité à contracter le Covid-19".
Publicité
Développant ce point, Arlt souligne le lien entre l'augmentation des androgènes et la résistance à l'insuline, qui est un autre facteur de risque du Covid-19. "Cela signifie qu'à poids corporel égal, une femme atteinte du SOPK aura une résistance à l'insuline plus élevée, car les androgènes présents dans le tissu adipeux augmentent la résistance à l'insuline de l'organisme. C'est un facteur de risque supplémentaire, et il est donc tout à fait logique pour nous que les femmes atteintes du SOPK présentent un risque plus élevé que les femmes ayant un poids ou un diabète comparable".
Arlt ajoute que l'augmentation du risque de Covid-19 est proportionnelle au poids. Si vous avez un SOPK, vous avez probablement un risque légèrement plus élevé qu'une personne sans SOPK dans la même tranche de poids que vous. Ce risque augmente de manière significative plus le poids est élevé.
Lorsque l'étude a été publiée pour la première fois, Arlt et ses collègues ont fait pression pour que le SOPK soit identifié comme un facteur de risque du Covid-19. Ça n'a pas encore été le cas. "Le document a suscité beaucoup d'intérêt et nous en avons évidemment fait part aux organismes concernés, mais jusqu'à présent, ils n'ont pas été placés dans une catégorie de risque spéciale". Elle ajoute : "Cela correspond à ce que nous constatons habituellement : la santé publique ne s'intéresse pas beaucoup aux pathologies spécifiques aux femmes".
Dans une certaine mesure, cela est dû à un simple sexisme, dit-elle. "Les femmes représentent plus de 50 % de la population mondiale et leurs problèmes sont pris moins au sérieux en général". Le fait que les femmes atteintes du SOPK soient considérées comme appartenant à un groupe d'âge et de sexe présentant un risque moindre de Covid-19 de forme sévère joue également un rôle, ajoute Papadopoulos, même si "la plupart des femmes atteintes du SOPK sont diagnostiquées entre 20 et 30 ans, cela peut arriver à tout âge après la puberté et avant la ménopause".
Publicité
Le principal obstacle au progrès qu'Arlt identifie est le nom de la maladie. "Le nom [syndrome des ovaires polykystiques] reflète à tort qu'il s'agirait d'une maladie des ovaires et qu'elle a quelque chose à voir uniquement avec les ovaires, mais c'est complètement faux". L'impact sur les ovaires est un symptôme du SOPK, et non la cause : les ovaires réagissent à la résistance à l'insuline et aux androgènes élevés dans le sang, c'est pourquoi ils deviennent irréguliers.
Arlt pense plutôt que le nom devrait refléter le fait que le SOPK est un trouble métabolique qui affecte l'ensemble du corps. Cela contribuerait non seulement à une meilleure perception du public, mais aussi à une meilleure perception et à un meilleur traitement dans le domaine médical. "En raison de son nom, la majorité des personnes qui s'occupent des patientes atteintes de SOPK sont souvent des gynécologues et non pas systématiquement des endocrinologues ou des consultants en santé métabolique".
Pour l'instant, aucun lien entre le SOPK et une forme de Covid long ou sévère n'a été trouvé, car les chercheurs attendent que la population étudiée soit suffisamment importante.
En attendant, le conseil aux personnes atteintes de SOPK est d'être conscientes des risques, de se protéger avec un masque tout en gardant une bonne distance avec les autres et, si ce n'est pas déjà fait, de se faire vacciner. Comme le dit Arlt : "Inutile de paniquer, mais soyez prudente car vous courez un risque légèrement plus élevé".
Pour obtenir les dernières directives et informations sur le Covid-19, consultez le site Web du gouvernement.

More from Wellness