Et si Le Joker était potentiellement un film dangereux ?

Photo: Courtesy of Warner Bros Pictures.
Il ne sort en salle que le 10 octobre, mais il fait déjà polémique. On veut bien sûr parler du dernier film de Todd Phillips, Le Joker. Incarné par un Joaquin Phoenix au top de sa forme (il faut le dire vite, car l'acteur a du perdre 25 kilos pour les besoins du film), le Joker retrace l'histoire de l'ennemi juré de Batman, avant sa montée en puissance donc. Après des années de souffrance et de maltraitance, celui qui voulait devenir clown perd la tête. Fatigué d'être la risée de Gotham, il décide donc de réagir, ou fait plutôt une décompensation qui fera de lui un homme extrêmement violent et sans pitié. Le film, qui est sorti le 4 octobre aux Etats-Unis, a obtenu des réactions contrastées. D'abord, 8 minutes de standing ovation à sa projection au festival du film de Venise, avant sa sortie en salles officielles. Puis viennent les craintes des familles de victimes de tirs de masse. Enfin, les commentaires des téléspectateurs, qui semblent se diviser en deux camps : ceux qui crient au chef d'oeuvre et ceux qui crient au scandale.
Publicité
Quant à nous, on se demande si on a vraiment besoin d'un film qui fait l'éloge d'un homme blanc, en proie à une violence extrême face à société qui le rejette. « Surtout en ce moment », diront les Américains.
Car au fond, le Joker nous demande de compatir avec un sociopathe violent. Après tout, Fleck (le Joker donc) n'est qu'un acteur (raté) de plus, qui vit avec sa mère. Le plus grand drame de sa vie, c'est qu'il souffre de crises de rire maniaques qui interviennent toujours au mauvais moment. Certes, il est harcelé et agressé à plusieurs reprises, mais est-ce que c'est sensé suffire à expliquer les meurtres qu'il commettra par la suite ? « Le Joker est cet anti-héros que l'Amérique énervée et aliénée attendait, et c'est exactement ça le problème. » écrit Sarah Hagi pour le Globe and Mail. « Oui, je condamne le fait qu'on puisse encore avoir l'idée de sortir un film où un homme blanc peut être excusé ou du moins compris pour sa violence. »
C'est la raison pour laquelle j'ai eu autant de mal à apprécier le film. Je n'arrêtais pas de me dire que même si le film était bien fait, son message était plus que dangereux. Un homme qui devient un tueur de masse parce que la société ne lui a pas laissé le choix, je trouve ça limite. Surtout dans le contexte américain, où des meurtriers comme Dylann Roof, Elliot Rodger et Faisal Hussain méritent tous sauf notre empathie.
Publicité

Il faut dire aussi que le fait que les critiques se fassent basher publiquement n'a rien de nouveau, surtout lorsqu'elles ont le malheur d'être des femmes, qui forcément ne peuvent pas comprendre le monde des superhéros.

Si j'écris cela, c'est aussi dans l'espoir de soutenir la journaliste Sarah Hagi, qui depuis la parution de son article, n'a pas arrêté d'essuyer les mails et autres commentaires haineux, qui l'accusent de racisme à l'envers et de ne pas savoir de quoi elle parle. Petite précision : Sarah est noire et musulmane.
Il faut dire aussi que le fait que les critiques se fassent basher publiquement n'a rien de nouveau, surtout lorsqu'elles ont le malheur d'être des femmes, qui forcément ne peuvent pas comprendre le monde des superhéros (on pense aux fans toxiques de Star Wars notamment...). Mais ce qui me dérange surtout, dans le cas de Sarah Hagi, c'est qu'on n'arrive pas du tout à comprendre son point de vue. Et qu'elle doive essuyer des commentaires du type « c'est du racisme à l'envers » (petite précision : cela n'existe pas, merci) est tout juste invraisemblable. Qu'il y a-t-il de si difficile à comprendre, quand on dit que faire l'éloge d'un sociopathe blanc ne tombe pas exactement à propos dans le contexte actuel ? D'autant que, comme il faut bien le rappeler, ce film explore en long en large et en travers l'identité politique d'un homme, sur grand écran. Bonjour l'influence.
Si certains diront qu'il est injuste de reprocher quoique ce soit à un personnage de fiction - ou que l'interprétation d'un film ne relève pas de la responsabilité du réalisateur - on ne peut pour autant pas isoler toute oeuvre de son contexte. Et de même, une journaliste critique malaisée par une oeuvre culturelle devrait avoir le droit d'exprimer ses inquiétudes.
Encore une fois, on dirait que certaines oeuvres polarisent tellement la communauté internet, qu'il faut de toutes façons s'attendre à prendre des coups quand on donne son avis. Moi qui suis noire et active sur Twitter, vous me direz, j'ai l'habitude. Hâte de connaître votre avis sur le film !
Le Joker sortira le 10 octobre au cinéma.
Publicité

More from Movies