Laura Nala : la danseuse hip-hop qui fait bouger les corps & les mentalités

Il n’y a rien de plus important et de plus beau que l’esprit de communauté qui se crée aujourd'hui. Et quelque temps avant le Covid-19, nous avons eu la chance de rencontrer Laura Nala, pour marquer la réédition de l’Air Max Verona avec Nike. Danseuse hip-hop pro, très engagée dans sa communauté, elle rêve d'unir les gens à travers la danse en changeant les mentalités pas à pas.
La voix de Laura est solaire et amicale, confiante et déterminée. Comme son accueil. « Au-delà d’être une danseuse, je me définis aujourd’hui plus généralement comme une artiste. Parce que je suis aussi chorégraphe, metteuse en scène, enseignante et puis je puise mon inspiration dans des univers artistiques différents. » Depuis toute petite, la vie de Laura s’est structurée autour de la danse. « Ma mère m’a inscrite à des cours de Modern Jazz quand j’avais 6 ans. À l’âge de 10 ans, j’ai participé à un stage de hip-hop, et là je me suis dit : c’est ça que je veux faire de ma vie. » Depuis ce déclic, elle n’a jamais cessé de danser. « Je m’entrainais 6 jours sur 7, les samedis et dimanches je ne faisais que ça. »
Publicité
Aujourd’hui, à 26 ans, Laura est reconnue et influente dans le milieu du hip-hop, en France et à l’international. Trois éléments ont été essentiels pour en arriver là : de l'entraînement (quotidien), une organisation (optimale), et des rencontres (déterminantes). Et puis, son caractère aussi. « Je me suis toujours dit que je vivrai de la danse. Je n’attends pas que les choses arrivent. Je crée mes propres projets pour faire ce que j’aime. » Au quotidien, Laura a aussi des phases de questionnements et de doutes. Elle nous explique comment elle les transforme en sources d’inspiration. « Dans ces moments-là, je me mets sur pause. Et puis je prends du recul, je reviens à l’essentiel, je vais voir mon crew pour m’entrainer et ça m’aide à repartir. » 
On est allés rencontrer Laura Nala, danseuse professionnelle de hip-hop et femme engagée:
En plus des crews et compagnies avec lesquels elle danse et se produit, Laura consacre une partie de son temps à l’enseignement de sa passion et à la création de sa propre formation. En 2018, elle a créé le concept ALMD (À La Manière De) : une battle de danse ouverte à tous les styles de danse et à tous les milieux socio-économiques. « Je voulais que des milieux différents se rencontrent et partagent en oubliant les barrières, les préjugés. Et puis j’aime créer des espaces où les personnes sont libres de s’exprimer, sans jugement. »
Pour quelqu’un qui aimerait lancer son projet, mais qui n’ose pas, Laura conseille : « Ne laisse pas la peur prendre le dessus. La peur, elle va te bloquer. Sois curieux, ouvert, démarque-toi et lance-toi tout en restant fidèle à tes valeurs. Tu verras, il y aura forcément un retour sur investissement. » Sur les réseaux et dans son quotidien, Laura s’engage pour que cette culture hip-hop dans laquelle elle a baigné, demeure. « Le hip-hop se développe énormément et c’est très bien. Mais pour moi cet art doit demeurer accessible à tou·te·s, car il est né dans la rue, il a quelque chose d’instinctif. Je veux conserver ces valeurs d’origine qui ont tendance à disparaître quand le mouvement devient plus commercial. »
Publicité
Les baskets Air Max Verona que porte Laura sont les premières Air Max à avoir été dessinées pour les femmes en 1992. Et si Laura avait un message à faire aux femmes d’aujourd’hui, ce serait : « Ne jamais faire de compromis. » Depuis un an maintenant, elle est maman d’une petite fille. Cet heureux évènement a impliqué une organisation de vie différente, à base de rigueur et de volonté. « Mais je n’aurais pas été heureuse si j’avais dû arrêter. Quoi qu’il arrive, continuez à faire ce que vous aimez. En tant que femmes, on n’est pas obligées de faire des concessions. »
Ça ne veut pas non plus dire que ce soit facile tous les jours. Laura raconte : “Quand par exemple tu vas d’un cours à l’autre, que tu es avec la poussette, qu’il se met à pleuvoir et que tu dois prendre le métro, bon parfois t’as les bras qui tombent », mais elle relativise rapidement « parce que l’épanouissement que je trouve en vivant de ma passion est plus fort que ces moments de down. » Laura a continué de danser jusqu’à ses 7 mois et demi de grossesse, changeant son rapport au corps et à la danse. « J’ai découvert d’autres parties de mon corps, de nouvelles sensations, mais ça n’a pas été un problème. Je me suis toujours dit que rien ne serait un frein et tout serait une source de motivation. »
Avant de terminer notre échange, Laura nous confie ce qui la rend fière aujourd’hui. « Je suis comblée de pouvoir danser, en vivre et le transmettre. C’est la vie que j’ai toujours voulu avoir. » Avant d’ajouter : « Ce que j’aimerais pour la suite ? Que les projets que je mets en place puissent aider et inspirer les jeunes qui voudraient faire pareil dans leur milieu. Et puis juste faire changer les mentalités. » Respect Laura.
Publicité
Publicité

More from Fashion