Dépendance à la caféine : comment arrêter le café en douceur

Photographed by Sophie Hur.
Certains d'entre nous (y compris moi) ne peuvent pas s'imaginer commencer la journée sans une tasse de café. Ou trois. Non seulement ça fait partie de notre routine quotidienne, mais ça nous aide aussi à nous sentir plus d'attaque pour démarrer la journée.

Mais comme toutes les bonnes choses, le café a ses inconvénients et doit être consommé avec modération.
Première chose à savoir : la caféine est une substance addictive. Autrement dit, une drogue. Une drogue qui a le pouvoir de "modifier les réactions chimiques dans votre cerveau, en particulier la dopamine, qui stimule la vigilance et la concentration", nous explique le docteur Robert Graham.
Publicité
En plus de ça, il est très courant de développer une tolérance à la caféine, ce qui veut dire aussi qu'on a tendance à augmenter les doses au fil des années pour continuer d'être autant stimulé·e par son action. À trop haute dose, la caféine provoque aussi des effets secondaires tels que l'insomnie, l'anxiété, des reflux acides et des battements de cœur irréguliers (note : tout le monde ne métabolise pas la caféine au même rythme).
Nous avons demandé à un docteur de nous conseiller comment se défaire au mieux de cette habitude, en douceur et sans risque de rechutes !

N'abandonnez pas d'un coup

Sérieusement, ne faites pas cette erreur. À moins qu'un médecin vous demande d'arrêter de manière abrupte, mieux vaut y aller decrescendo. Si vous êtes gros consommateur, vous savez peut-être déjà pourquoi. Et oui, le fait d'arrêter soudainement peut déclencher des symptômes de sevrage. Ça peut être des maux de tête, de la fatigue, de l'irritabilité, de problèmes de concentration ou une sensation de brouillard, explique le Dr Graham. Certaines personnes ont même l'impression d'avoir la grippe. Donc : allez-y doucement. Selon le Dr Graham, il faut compter environ quatre semaines pour que la caféine soit complètement éliminée du corps, donc donnez-vous au moins ce laps de temps pour ralentir votre consommation. Supposons que vous buviez habituellement trois tasses de café par jour. La première semaine, limitez-vous à deux tasses, pas une goutte de plus. Buvez deux tasses à moitié pleine, et ainsi de suite, jusqu'à arrêt complet de la caféine.
Publicité

Devenez amateur·rice de thé

Rejoignez la communauté florissante des obsédés du thé. Intéressez-vous aux petites marques. Constituez-vous une collection de théières, simplement parce que c'est joli. Regardez de haut les gens qui font chauffer leur eau au micro-ondes. De nombreux thés, en particulier les tisanes, contiennent peu ou pas de caféine, ce qui en fait une excellente option pour le sevrage à la caféine. Au lieu de vous servir moins de café, commencez par remplacer la moitié de votre consommation habituelle par du thé. Ça vaut aussi pour votre consommation de boissons énergétique ou de Coca Light.

Essayez le déca

Vous consommez peut-être moins de tasses de "vrai café", mais si le goût du café vous manque (ou tout simplement votre crème préférée), n'hésitez pas à remplacer chaque goutte que vous abandonnez par du déca, dit le Dr Graham.
Si la plus grande partie de votre caféine quotidienne provient de sodas, de nombreuses marques proposent des substituts sans stimulants pour vos saveurs préférées. D'après mon expérience personnelle, je peux vous dire que la version sans caféine de Coca-Cola a un goût identique, sans les effets secondaires de nervosité.

Faites (au moins un peu) de sport le matin

Très souvent, on compense notre manque d'énergie par la caféine. Or, faire quelques exercices le matin vous aide également à sécréter de la dopamine, un neurotransmetteur qui aide également à se sentir plus "réveillé". Quoi que vous fassiez, que ce soit courir, faire une séance de yoga relaxante ou simplement quelques sauts, faire quelques exercices matinaux est une excellente manière de débuter la journée.
Publicité

Dormez suffisamment

Rien ne vous donnera plus envie d'une tasse de café qu'une mauvaise nuit de sommeil. Il est donc particulièrement important de veiller à dormir suffisamment pendant la période de sevrage, autrement dit, entre sept et huit heures chaque nuit minimum.
Contenu associé :
Publicité

More from Wellness