Dans l’appartement parisien de Manish Arora

Photo : Gaelle Le Boulicaut pour Lonny.
Le texte qui va suivre est un extrait du livre « The Lonny Home : Discovering & Cultivating Your Most Authentic Space », écrit par l’équipe de rédacteurs du magazine Lonny et Sean Santiago, sorti le 7 mai 2019. Avec l’aimable permission de Weldon Owen.
Lorsque Manish Arora a visité cet appartement du canal Saint-Martin, il a su tout de suite que ce serait le sien. Et qu’il en ferait complètement autre chose.  Je me suis dit « C’est lui, c’est mon appartement ». Ma seconde pensée a été de casser les murs : « Il va falloir que je casse le plus de murs possible ». Ce besoin de détruire l’espace n’avait rien d’un caprice. Malgré les travaux que cela pouvait représenter, Manish savait qu’il ne pouvait pas vivre dans cet pénombre – ou dans ce qui s'apparentait à de la pénombre pour quelqu’un comme lui qui a grandi à New-Dehli. 
Si vous êtes familier avec l’esthétique de Manish Arora, ça ne devrait pas trop vous surprendre. Après tout, c’est bien lui l’homme qui avait (justement) pris l’industrie par surprise en devenant le premier designer de descendance indienne à présenter une collection à la Fashion Week. Une collection riches en concept et hautes en couleurs, qui mélangeait l’artisanat de son pays natal et l’avant-garde de son pays adoptif, la France. 
On se souvient qu’Arora avait rapidement gagné le coeur de Kate Moss mais aussi de Rihanna et Katy Perry. Et quand on sait ce qu’en dit régulièrement la critique – notamment sur  son usage de la couleur - on pouvait se douter que son appartement serait tout sauf minimaliste. Au lieu de ça, c’est plutôt une ode à la couleur et à la lumière, avec des installations somptueuses et des bibelots importés des quatre coins du monde. « J’ai peur du blanc en excès » nous dit Arora. 
Comme l’imaginaire du designer, son appartement regorge de surprises. Une chambre à coucher qui rappelle le Sunset Boulevard avec un mur entier recouvert de mosaïques façon années 30, trouvées chez un antiquaire du Boulevard de Strasbourg. « J’ai fait en sorte de disposer mon lit de sorte que le soleil me réveille quand il envahit la pièce. Tout est doré quand je me réveille. » Puis Arora décide de nous montrer ses figures russes et japonaises, puis ses aliments en plastiques kitsch trouvés sur un marché à Tokyo et enfin sa très précieuse (et gigantesque) mosaïque de stickers réalisées par l’artiste chinois Ye Hongxing. Comme le dit lui-même le propriétaire des lieux « c’est un lieu toujours en chantier. Mais je me sens mieux dans le chaos, mieux que dans un lieu trop vide. »
Malgré les tons néon et le meltin pot d’influences, l’appartement de Manish Arora est extrêmement zen. Pour parvenir à cette exubérance aérienne, Manish explique qu’il évite les meubles encombrants. « Tout est soit transparent, léger ou adossable au mur pour s’assurer que la lumière puisse circuler partout ». Le résultat? Une oasis de couleur pour les fins provocateurs. Venez, on vous fait visiter.