La véritable histoire derrière Rebecca est plus dramatique que le film Netflix

Photo : Netflix
Ce n'est pas un hasard si la protagoniste du roman à succès de Daphne Du Maurier de 1938, Rebecca, n'est connue que comme la deuxième Mme de Winter, dont le prénom n'a jamais été donné. Elle n'est pas le personnage principal de sa propre vie, et encore moins du livre dont elle fait le récit. À la place, la deuxième Mme de Winter est reléguée à la périphérie, vivant dans l'ombre d'un fantôme. Rebecca, la première femme énigmatique et mystérieuse de son mari, est au centre de ses pensées, de ses rêves, et dans les pièces majestueuses et les coins les plus sombres de Manderley, le manoir de Cornouailles que Rebecca appelait sa maison avant sa mort prématurée. Rebecca - qui a donné lieu au fil des ans à de multiples adaptations cinématographiques, dont un film oscarisé d'Alfred Hitchcock en 1940 et la dernière version de Netflix réalisée par Ben Wheatley - est l'histoire ultime du syndrome de l'imposteur. Il s'agit d'un roman sur une femme qui rêve d'une certaine vie, puis qui se sent complètement dépassée une fois qu'elle l'a eue. C'est peut-être la raison pour laquelle le livre n'a jamais été retiré du marché au cours des 82 années qui se sont écoulées depuis sa première publication : il parle de la fascination jalouse et intime qui peut exister entre les femmes, et de l'insécurité empoisonnée qui en découle. En d'autres termes, il semble réel comme seules des émotions très brutes et secrètes peuvent l'être.
Publicité
Rebecca n'est pas exactement une histoire vraie ; au contraire, ses représentations en duel de la féminité reflètent indéniablement les nombreuses facettes fascinantes de son auteure et sa propre vie intime compliquée. Pour comprendre l'histoire, il faut comprendre Daphne du Maurier, l'histoire de sa famille et son cheminement pour devenir l'une des auteures anglaises les plus durables de tous les temps.
Du Maurier est née à Londres en 1907, fille cadette de trois soeurs dans une famille qui encourage et nourrit les arts : son père, Sir Gerald du Maurier, était acteur et manager, et sa mère Muriel était actrice. Son grand-père, George du Maurier, était dessinateur et romancier qui a inventé le personnage de Svengali, un mot maintenant omniprésent dans la langue anglaise ; ses cousins, les cinq frères Llewelyn-Davies, ont inspiré à J.M. Barrie la pièce de théâtre populaire Peter Pan, ou Le garçon qui ne voulait pas grandir. (Oui, ce fameux Peter Pan). Ainsi, quand une jeune du Maurier a décidé de se lancer dans l'écriture, elle était déjà en avance sur son temps.
Photo : Clifford Coffin/Condé Nast/Getty Images
En fait, les coutumes familiales étaient si fascinantes qu'elles l'ont inspirée à maintes reprises. En 1934, elle a écrit une biographie de son propre père, appelée Gerald: A Portrait. Le troisième livre de du Maurier, publié l'année précédent Rebecca, est une fiction romancée basée sur ses propres relations singulières, intitulée The du Mauriers. En 1954, elle écrira un roman sur la vie tumultueuse de sa véritable arrière-arrière-grand-mère, Mary Anne Clarke, qui, née sans un sou, est devenue la maîtresse du duc d'York et auteure de sa propre vie. Dans ces conditions, il n'est pas exagéré de penser que l'inspiration pour Rebecca viendrait aussi de son vécu.
Publicité
De nombreux livres de du Maurier sont consacrés à des femmes mystérieuses, souvent méconnaissables. Aux côtés de Mary Anne et Rebecca, Ma cousine Rachel (1951) s'articule autour d'une veuve apparemment charmante et sans malice qui séduit son cousin avant de prendre complètement le contrôle de sa vie et de sa fortune. Au fil des ans, certains ont attribué cette fascination pour une féminité complexe et dangereuse à la relation tendue de l'auteure avec sa propre sexualité. On pense que les trois sœurs du Maurier ont eu des relations sexuelles et/ou émotionnelles avec des femmes tout au long de leur vie. Mais là où Angela et Jeanne ont reconnu ces relations dans leurs écrits, Daphne ne l'a jamais fait. Pourtant, les biographes s'accordent à dire que son béguin pour Ellen Doubleday, la femme de son éditeur américain à qui elle a écrit d'innombrables lettres, semble avoir été de nature romantique. Dans l'une de ces lettres, elle fait référence à un alter ego masculin nommé Eric Avon, qu'elle a "enfermé dans une boîte classée à jamais" à son entrée dans l'âge adulte, ce qui a conduit certains à spéculer sur le fait qu'elle aurait pu être transgenre.
Belle, riche et charismatique, avec des relations familiales glamour, il est facile d'imaginer Daphne du Maurier comme remplaçante de la tumultueuse Rebecca. Le nom même de Daphne du Maurier ressemble à l'exhalation de cigarettes européennes de luxe (fun fact : les cigarettes Du Maurier ont en fait été baptisées du nom de son père, Gerald), évoquant une vie remplie de robes de soie à dos nu, de voyages dans des lieux exotiques et d'intrigues. Pourtant, sachant tout à son sujet, cela semble bien trop simple. Au contraire, du Maurier vit à l'intérieur de chacun des trois personnages principaux du roman : Rebecca, la deuxième Mme de Winter, mais aussi Mme Danvers, la gouvernante qui protège jalousement et avec acharnement l'héritage de son ancienne maîtresse.
Publicité
Cela n'a pas empêché les lect·eur·rice·s de continuer à spéculer sur l'identité de la source d'inspiration du Maurier pour le fantôme impitoyable et glamour. Comme le veut la légende, l'idée de Rebecca est née alors que du Maurier et son mari Tommy "Boy" Browning étaient en poste à Alexandrie, en Égypte. (Par ailleurs, le film Netflix se termine avec Maxim de Winter et sa femme exilés là-bas après l'incendie de Manderley). Tommy avait déjà été fiancé, une fois, à une femme du nom de Jan Ricardo qui aimait apparemment signer son nom avec un "R" fleuri. Du Maurier serait devenue obsédée par l'ancienne compagne de son mari, allant même jusqu'à lire leurs vieilles lettres d'amour, parcourant les journaux à la recherche de mentions de Ricardo et accumulant des photos de sa rivale présumée. Par une étrange coïncidence, cette dernière est morte en 1944 en se jetant sous un train, une mort qui fait écho à la mort tragique de Rebecca elle-même.
L'autre lien évident se trouve dans l'œuvre des idoles littéraires du Maurier. Tout comme les sœurs Brontë, les frères et sœurs du Maurier poursuivront tous leur propre carrière artistique : Daphne et sa sœur aînée Angela deviennent écrivaines (bien que Daphne ait indéniablement plus de talent et de succès), et sa sœur cadette Jeanne devient peintre. Mais ce n'est pas la seule chose que du Maurier et les Brontës ont en commun - au fil des ans, beaucoup ont souligné que l'intrigue de Rebecca s'inspire fortement du roman de Charlotte Brontë de 1847, Jane Eyre. Une jeune ingénue innocente ? Check. Un vieux grincheux ? Check. Une magnifique mais sinistre maison qui finit en ruine après un incendie ? Check. Une ex-femme problématique qui hante le personnage principal ? Check. Les similitudes sont indéniables, et il semble plus que probable qu'il y ait des éléments du personnage de Bertha Mason de Brontë dans Rebecca.
Publicité
En fait, Jane Eyre n'est pas le seul livre dont on dit que du Maurier a repris. En 1941, trois ans après le succès fou de Rebecca en tant que best-seller, du Maurier est poursuivi par Edwina DeVin Macdonald, qui prétend que l'auteure a volé l'intrigue de sa nouvelle, Blind Windows, publiée en 1926. (On lui a demandé si elle avait déjà lu le livre lors d'un témoignage sous serment devant un tribunal, du Maurier a répondu : "J'ai travaillé dur pour le réaliser"). Elle a été innocentée en 1948.
L'inspiration de Manderley, le siège de la famille de Winter, est beaucoup plus facile à discerner et fait office de personnage vivant dans le roman. En 1926, alors qu'ils étaient en vacances en Cornouailles, les du Maurier sont tombés sur une vieille propriété mal entretenue et un peu brute, connue sous le nom de Menabilly, appartenant à la famille Rashleigh. Elle est devenue obsédée par l'idée d'y vivre et de lui redonner sa gloire d'antan. En 1943, après son retour d'Égypte avec Tommy, elle le loue enfin et y vit pendant plus de deux décennies.
Contrairement à Rebecca, du Maurier a vécu une vie longue et bien remplie. Elle est morte à 81 ans, laissant trois enfants et une œuvre littéraire légendaire bien ancrée dans l'histoire d'Hollywood. Parallèlement à Rebecca, Hitchcock mettra en scène son roman L'auberge de la Jamaïque de 1936, et sa nouvelle de 1952, Les oiseaux, inspirera le classique d'horreur du même nom de 1963. À ce jour, la similitude la plus frappante entre l'auteure et le fantôme qu'elle a immortalisé à jamais réside dans leur capacité à continuer à capturer l'esprit et les rêves des jeunes femmes, les conduisant dans des mondes obsédants de découverte de soi, de désirs palpitants et de mystères inconnus.

More from Movies