La plus belle histoire d’amour dans Black Is King est celle entre Beyoncé & Kelly

Photo: Courtesy of Disney+.
On parle souvent à Kelly Rowland de sa couleur de peau. Presque autant qu'on lui parle de sa meilleure amie et ancienne membre du groupe Destiny's Child, Beyoncé. Vouloir aborder ces deux questions est tout à fait légitime. Rowland est une femme noire à la peau sombre à Hollywood, et a souvent été victime du colorisme et de moqueries déplacées sur son splendide teint foncé. Elle est également l'une des rares personnes à connaître réellement Beyoncé, la plus grande, la plus prolifique et pourtant la plus impénétrable des artistes de notre génération. Mais ces deux questions sont rarement mises en parallèle. Et pourtant, lorsque Rowland répond aux questions sur le colorisme, elle évoque généralement une anecdote à propos de la mère de Beyoncé, Tina Knowles-Lawson.
Publicité
"Il fut un temps où je vivais mal mon teint 'chocolat'", confiait Rowland dans une interview de 2013. Je me souviens de tout faire pour éviter le soleil. [Mme Tina] me disait : "Tu es folle ? Elle me disait que j'étais très belle, que le teint chocolat était rare et que ma peau était superbe. Avant ça, Rowland confie avoir souffert d'un manque de confiance en elle. "Je n'arrivais pas à accepter... le simple fait d'être une fille à la peau foncée et d'en être fière."
View this post on Instagram

#brownskingirl

A post shared by Kelly Rowland (@kellyrowland) on

Sept ans plus tard, et cinquante et une minutes et quarante-six secondes après le chef-d'œuvre qu'est Black Is King, Kelly Rowland apparaît au premier plan au cours du volet visuel du film intitulé "Brown Skin Girl", une ode aux femmes à la peau foncée. Elle est assise au sol et sa magnifique peau brune est tout bonnement éblouissante. C'est la deuxième apparition de Rowland dans l'opus de Beyoncé Black excellence, mais c'est celle qui m'a le plus marquée ! 
Il y a de nombreux moments forts dans cette chanson. On voit Rowland avec Blue Ivy Carter, elle est la star de "Brown Skin Girl" dans Black Is King. Naomi Campbell et Lupita Nyong'o sont de la partie (elles sont toutes deux nommées dans la chanson), et ce n’est pas rien. Comme tout ce que fait Beyoncé, faire de Kelly la vedette était intentionnel. Pas surprenant, donc, qu'il y a presque dix ans, Rowland ait utilisé les trois mêmes mots ("brown skin girl") pour décrire son cheminement vers l'acceptation de soi. Les meilleures amies ont la même sténographie. Je ne doute pas que cette chanson, une déclaration d'amour aux filles noires et à leur beauté, soit aussi une lettre d'amour de Beyoncé à Kelly. Chacun des moments de Rowland dans "Brown Skin Girl" dépeint des décennies d'amitié et de sororité. Dans un film rempli de "Black Love", c'est l'histoire d'amour entre ces deux BFF qui m'a le plus fait pleurer. 
Publicité
Photo: Kevin Mazur/Getty Images for Roc Nation Sports.
Cette séquence émotion entre les deux femmes a maintenant été transformé en un gif qui me frappe en plein dans le canal lacrymal chaque fois que je le passe sur Twitter. Beyoncé et Kelly, les épaules nues révélant leur peau brune, se font face. Elles chantent "I'd never trade you for anybody else" (je ne t'échangerais pour personne) en se regardant dans les yeux, et s'effondrent en riant dans les bras l'une de l'autre. C'est surtout le visage de Beyoncé à la fin qui me touche. Rowland sourit, tandis que Queen Bey semble être au bord des larmes et presque chamboulée par le fait que cette femme est sa meilleure amie. L'expression sur le visage de Beyoncé rappelle chaque étape que ces deux-là ont franchie ensemble, chaque triomphe et chaque épreuve.
Lorsque le monde s'écroulait autour d'elles, Beyoncé et Kelly étaient là l'une pour l'autre. Bien que Kelly doive une grande partie de ses succès et de sa carrière (qui est toujours florissante !) à la famille Knowles, Beyoncé ne serait pas BEYONCÉ sans Kelly. Et je pense qu'elle serait la première à le dire. Oui, j'ai lu tout cela dans un regard. C'est aussi un moment de joie simple entre femmes noires, une image que le monde a besoin de voir davantage en ce moment. 
Le gif de Beyoncé chantant "because you're beautifull", face à Rowland n'est pas celui qu'on voit le plus sur les réseaux, mais c'est celui que je veux me faire tatouer directement sur les globes oculaires. Lorsqu'on interroge Rowland sur son expérience avec le colorisme, elle évoque généralement le fait d'avoir grandi en regardant Whitney Houston et Janet Jackson. En voyant leur beauté et leurs peaux foncées se démarquer dans un océan de pop stars à la peau blanche, Rowland a nourri l'espoir de devenir chanteuse elle aussi un jour. Mais Houston et Jackson n'avaient pas à se présenter aux côtés de deux femmes à la peau claire chaque fois qu'elles montaient sur scène ou sur un tapis rouge. Le fait que Kelly ait été flanquée de Beyoncé et de Williams pendant la moitié de sa carrière explique en partie pourquoi elle s'est attiré tant de haine. Cela reste un compliment, mais au lycée, quand les gens me comparaient à Kelly, je prenais ça comme une insulte. Ces mêmes camarades de classe blancs me disaient d'ailleurs : "Tu serais tellement plus jolie si tu étais plus claire". Le colorisme est tellement répandu à Hollywood (il suffit de regarder la quasi-totalité des femmes noires sur Netflix) qu'il s'infiltre inévitablement dans les salles de classe et les cours de récréation. 
Vous pouvez dire ce que vous voulez de Matthew Knowles (et il y a beaucoup à dire), mais il n'avait pas entièrement tort lorsqu'il a dit que le teint de Beyoncé avait profité à sa carrière et que celle de Kelly en avait souffert. Cela n'enlève rien à l'éclat de la reine Bey. Elle mérite toutes les récompenses qu'elle a reçues. Mais le colorisme est un aspect très réel de l'industrie musicale. Je pense que Beyoncé le sait. Et c'est la raison pour laquelle elle a choisi de présenter au monde une chanson comme "Brown Skin Girl" (qui a remporté plus de prix que toute autre chanson de l'album et qui est sans doute la plus populaire). C'est la raison pour laquelle elle a choisi de mettre en valeur sa meilleure amie et de lui dire qu'elle est belle dans une célébration révolutionnaire de la "Blackness" qui est à contre-courant des standards de beauté occidentaux. 
"Nous étions belles avant qu'ils ne sachent ce qu'était la beauté". Cette ligne conduit à "Brown Skin Girl" dans Black Is King. Kelly Rowland a toujours été incroyablement belle. C'est indéniable. Mais Mme Tina a tout de même dû rappeler à Rowland que la beauté se déclinait dans toutes les nuances alors qu'elle peinait à s'accepter. Avec "Brown Skin Girl", Beyoncé fait en sorte que les petites filles qui grandissent avec des images d'une Kelly rayonnante, et voient ces deux amies noires qui gloussent ensemble et se serrent dans les bras, n'aient jamais à se demander si elles sont belles malgré leur peau foncée. Elles sauront qu'elles le sont grâce à elle. 

More from Movies