Définir sa relation : mon mec et moi ne l’avons jamais fait

On a beaucoup insisté sur l'importance de la DTR, ou "définition de la relation" en français, le concept selon lequel vous et votre partenaire convenez des conditions de votre relation : est-ce que notre relation est occasionnelle, est-ce qu'on est exclusif ? L'idée est qu'après cette conversation, les deux parties sont censées être sur la même longueur d'onde et comprendre ce qu'ils représentent l'un pour l'autre.
Ce que j'en pense ? Je trouve ça on-ne-peut-plus sain. Alors, pourquoi est-ce que je ne l'ai pas fait moi-même ?
Mon mec (Denis) et moi nous sommes rencontrés à l'université. Je trouvais qu'il était cool et distant. Il trouvait que j'avais besoin de sortir plus souvent. Au cours de la première année de notre rencontre, on a fini par s'embrasser à une soirée. On a d'ailleurs passé plus de temps à se rouler des pelles qu'à discuter. Et parce que notre fac était relativement petite, on a fini par avoir pas mal d'amis en commun - et donc par se retrouver dans des cadres où on ne pouvait pas faire que de se rouler des pelles H 24.
En apprenant à mieux nous connaître (et en continuant à nous embrasser), j'ai réalisé que Denis n'était pas seulement un type sympa avec qui j'aimais bien trainer ou me bécoter. C'était le seul gars avec qui j'avais envie de traîner et de bécoter.
Publicité

My role models

A post shared by jennsenich (@jennsenich) on

Je suppose qu'il s'est senti pareil à peu près à la même époque, car quelques mois plus tard, on s'est mis à réserver des billets de trains pour partir en vacances ensemble tout l'été. Et pendant tout ce temps, pas un mot n'a été dit sur ce que nous représentions l'un pour l'autre.
Il a fallu encore plusieurs mois avant que je ne lui dise que je l'aimais, et même là, je l'ai dit dans le feu de l'action, sans avoir prévu mon coup. Je ne l'ai pas dit à la seconde où je l'ai su (à vrai dire, je le savais depuis un certain temps), mais je ne l'ai pas non plus dit juste pour l'entendre en retour. Je lui ai dit "je t'aime" parce que j'avais l'impression que j'avais besoin de le dire. Mais tout n'a pas besoin d'être dit.
À part les échanges de mots d'amour, la seule autre fois où il m'aurait semblé naturel de définir les choses, c'était juste avant que je commence ma dernière année d'étude. C'était la première année scolaire entière qu'on devait passer l'un sans l'autre, et c'est vrai qu'on a pas arrêté de me demander si on pensait rester ensemble. A chaque fois, je répondu par un "oui" confiant avant de changer rapidement de sujet.
Ce changement brusque dans notre couple aurait été une excellente occasion de parler de l'avenir de notre relation, mais on a laissé passer cette occasion pour... se bécoter et passer du temps ensemble. On avait peut-être très confiance en notre couple. Ou peut-être qu'on ne voulait pas prendre conscience du fait qu'on allait être séparés pendant neuf mois.
On a passé la dernière année à s'envoyer beaucoup de textos, se rendre très souvent visite et, en ce qui me concerne, à chialer quand j'étais bourrée. Quand j'ai eu mon diplôme, on a convenu en silence qu'on vivrait ensemble, c'est-à-dire qu'encore une fois, on a pas eu besoin d'en parler. Un jour de mai, on s'est mis à parcourir les annonces pour trouver un appart ensemble à Brooklyn, parfaitement synchros.

Dance floor prtnrs estb 2012 #hampshire #redbarn

A post shared by denis gu (@dasgud) on

Si vous êtes mal à l'aise rien qu'à me lire, je vous comprends. Deux personnes ensemble depuis un moment ne devraient pas avoir de problèmes à parler en long et en large de leurs projets d'avenir, n'est-ce pas ? Pas nous.
Plus d'une personne dans mon entouage m'a déjà fait savoir qu'on passait à côté de quelque chose de très important, et je ne suis pas "pas d'accord". Mais depuis le tout début de notre relation, j'ai la preuve que Denis et moi excellons dans les petits gestes d'attention et la réciprocité.
Chaque année, j'écris une lettre à Denis pour son anniversaire, parce que rien ne vaut un discours sincère qui ne nécessite pas de se regarder dans les yeux. Denis ne m'a jamais offert de fleurs, mais il était à mes côtés lorsque j'ai été frappé par deux infections intestinales massives (sérieusement, entendre un homme vous dire qu'il vous ferait volontiers un lavement vaut tous les bouquets de fleurs du monde). Avoir à lire constamment dans les actions de l'autre ne convient peut-être pas à tout le monde, mais c'est ce qui fonctionne pour nous.

Et à ce jour, Denis et moi vivons toujours ensemble. On a des intérêts communs, on connaît nos familles respectives et (comme tous les couples de New York) on rêve d'adopter un chien. On s'est même admis qu'on était meilleurs amis par exemple. Si on s'est retrouvés dans cette relation, c'est uniquement parce que c'est ce que nous le voulions tous les deux, et c'est le principal. Ne nous demandez juste pas quand est notre anniversaire de rencontre.
Publicité

More from Sex & Relationships