Better Things : une comédie légère sur les parents solos

Photo Courtesy Of BBC Pictures
Sam Fox, c’est la maman cool par excellence. Pas la mère qui essaie désespérément d'être cool, comme dans Lolita malgré moi. Non. Une vraie maman cool. Elle est actrice à Los Angeles, et passe son temps à jongler entre petits boulots et auditions guère inspirantes ; et vit dans une grande et belle maison avec ses trois filles. Elle est très, très fatiguée, mais mène une vie très active dans laquelle elle est impliquée à 100 %. C’est le genre de mère qui va faire un discours un peu maladroit, mais très inspirant sur les règles, ou s’arrêter dans le feu de l'action en quête d’un préservatif trouvé dans la chambre de sa fille aînée — une découverte traumatisante qui lui aura été bien utile quelques heures plus tard.
Publicité
C’est ce jeux de voltige entre différents marqueurs émotionnels qui plait tant. Un instant, la série vous entraîne sur des chemins épineux : fertilité, mort, relations dysfonctionnelles, vieillissement et l’instant suivant, juste avant de se laisser envahir par le sérieux de la situation, Pamela Adlon, qui joue le rôle de Sam, nous ramène sur terrain plus léger avec un gag qu'on n’avait pas vu venir. Vous serez toujours touché·e par ce moment d’émotion, mais cela laisse l'occasion de rire de la situation à chaque fois que Better Things aborde un sujet épineux.
Ce qui aurait pu facilement devenir une autre représentation édulcorée de la mère célibataire parfaite, avec son brushing impeccable est en réalité tout le contraire. Better Things est une comédie légère qui nous expose les aléas de la vie au travers des yeux d’une femme adulte, sans nous faire culpabiliser sur les nôtres. Cette magie, on la doit à l’auteure, réalisatrice et star de la série, Pamela Adlon qui a puisé dans sa propre expérience d'actrice et mère célibataire de trois enfants pour nous raconter cette histoire.
Photo Courtesy of BBC Pictures
« Non, je suis en couple avec mes filles. Elles sont l’amour de ma vie, plaisante Sam lors d’une audition au tout début de la première saison. Sam a trois filles : il y a l’aînée, Max (Mikey Madison), qui est en pleine phase d’ado rebelle contre sa mère. Frankie (Hannah Alligood), au milieu, est très intelligente mais plutôt vache. Duke (Olivia Edward), la cadette, est curieusement grossière à mesure qu’on apprend à la connaître.
Publicité
Nous apprenons également que Phil (Celia Imrie), la mère âgée de Sam au tempérament plutôt imprévisible, vit la porte à côté, ce qui est à la fois un fardeau et une bénédiction. La vie de Sam tourne autour de ces quatre personnes, qui dépendent beaucoup plus d'elle qu'elles ne veulent bien l'admettre.
C’est une histoire classique de la mère, qui, au lieu de se complaire dans le fait qu’elle travaille dur sans aucune reconnaissance, trouve l’hilarité dans la banalité des dépendances des ados et des seniors qui gravitent en même temps autour de vous. Il y a un épisode de la saison deux dans lequel Sam organise ses propres funérailles pour inciter ses filles à exprimer à quel point elle compte pour elles. Indulgent ? Bien sûr. Émouvant ? Absolument, mais sans vous faire culpabiliser pour être tombé dans le panneau.
C’est en 2016 que la série a fait ses débuts sur la chaîne américaine FX. En France, elle est diffusée depuis le 11 avril 2018 sur Canal+ Séries. La troisième saison se fait avec une nouvelle équipe créative, toujours sous la direction d’Adlon, mais sans Louis CK, dont la chaîne a préféré se séparer après deux saisons. Après seulement quatre épisodes de la troisième saison, il a été annoncé que Better Things serait renouvelée pour une quatrième. En attendant, on vous conseille d'apprendre à connaître Adlon et son monde. Better Things parle d'amour, de la vie et de la féminité d’une manière qui risque de vous toucher plus profondément que ce à quoi vous vous attendiez.
Publicité