Comment donner en fonction de ses moyens

illustrated by Richard Chance.
Parfois, être une personne financièrement responsable — une personne qui réussit à payer ses factures et à épargner chaque mois — peut sembler de l’ordre de la fiction. C’est d'autant plus vrai pour ceux qui habitent dans les villes où le coût de la vie est très élevé, ou qui n’ont pas encore de travail stable. Après s’être acquitté de toutes ses obligations financières, il n’est pas surprenant que donner aux œuvres caritatives puisse passer aux oubliettes.
On pense souvent que le don et la philanthropie sont l’apanage des riches. « C’est quelque chose qu’on entend souvent, mais ce n’est pas entièrement vrai », explique Andrea Pactor, directrice chez the Women’s Philanthropy Institute.
Publicité

Plus que toute autre génération, la génération Y veut comprendre l’impact de chaque euro dépensé, qu’il s’agisse de philanthropie, dépense, ou d’investissement.

Emily Green, Ellevest
La génération Y est confronté à de nombreux défis économiques et n’est donc pas en mesure de faire don de grosses sommes d’argent aux œuvres caritatives. En revanche, elle révolutionne la façon dont on comprend la philanthropie. Les millennials préfèrent les dons matériels — comme les vêtements, la nourriture, les médicaments — ils font don de leur temps plutôt que de leur argent. Les phénomènes tels que les dons en ligne ont été simplifiés grâce aux plateformes comme l’outil collecte de fonds de Facebook ou Amazon Smile. Aujourd’hui, les millennials représentent 33 % des personnes qui donnent sur les plateformes de financement participatif comme GoFundMe ou YouCaring.
Selon Emily Green, conseillère financière chez Ellevest, la génération Y s’intéresse davantage à l’impact du don qu’au nombre de zéros sur le chèque. « Plus que toute autre génération, ils veulent comprendre l’impact de chaque dépense, aussi bien au niveau philanthropique que de l’investissement. » Comment pouvons-nous alors repenser notre relation à la philanthropie et intégrer le don à notre budget ? Tentez d'identifier une cause ou un problème qui vous passionne et pour laquelle vous pourrez vous engager et soutenir à long terme.

Identifier une cause ou un problème qui vous passionne et pour laquelle vous pourrez vous engager à soutenir à long terme.

Pensez ensuite à la façon dont vous souhaitez donner : votre temps, vos compétences ou votre argent. Puis au montant qu'il vous est possible de donner. Pour se tenir à son budget, Pactor recommande de respecter la règle des 80-20 : « 80% de vos dons devraient aller à des activités qui vous passionnent » et « les 20% restants peuvent être alloués à toutes les demandes d'amis pour soutenir leurs causes », explique Pactor. « Une fois que vous aurez dépensé votre argent, il vous sera plus facile de répondre : j’apprécie le travail que vous accomplissez, mais je donne déjà à d'autres associations, vous arrivez trop tard pour cette année — mais on peut en rediscuter l’année prochaine. » C'est aussi une excellente manière de dire non, ce qui peut parfois relever du défi pour les femmes. Grâce à une structure claire, il devient plus facile de refuser certaines demandes, sans se sentir mal à l’aise.
Publicité
La solution n’est pas non plus de donner plus que ce que vous pouvez vous permettre, mais plutôt de faire un don qui a du sens pour vous. De nombreux clients de Green s’inquiètent de savoir comment intégrer le don à leur budget, ce à quoi Green répond : « Planifiez, planifiez, planifiez ». Selon elle, cela peut signifier de fixer un montant et une date. La chose la plus importante, selon Pactor, c'est de s’assurer de donner à une cause qui vous tient à cœur et de donner un montant qui correspond à votre budget. Aujourd’hui, donner ce qu'on peut pour aider les autres n’est pas seulement une bonne action, c’est quelque chose de nécessaire. Mais cela ne signifie pas que nous devons nous mettre dans le rouge ; il faut trouver un moyen de créer le plus d'impact possible avec les moyens dont nous disposons.

La solution n’est pas de donner plus que ce que vous pouvez vous permettre, mais plutôt de faire un don qui a du sens pour vous

Andrea Pactor, Women’s Philanthropy Institute
«Si vous décidez de donner à une organisation qui soutient les énergies renouvelables, vous ne voulez pas dépenser ni investir votre argent dans une cause défendant les intérêts inverses, » remarque Green. En fin de compte, que ce soit en donnant, en dépensant ou en investissant, on a tous le pouvoir d'avoir un impact en donnant et en soutenant les causes qui rendent le monde meilleur — et en nous engageant à donner ce que nous pouvons régulièrement. Après tout, nous devons nous rappeler, dit Green, que « quel que soit notre niveau de richesse, nous pouvons tous faire la différence. »
Publicité

More from Work & Money