Les Irréguliers de Baker Street : une B.O. anachronique & déjantée

Photo : Courtesy of Netflix.
Cet article contient des spoilers.
Peu de temps après Bridgerton, Netflix revient avec un autre drame d'époque qui se déroule dans le Londres du XIXe siècle, Les Irréguliers de Baker Street. Les deux séries sont assez différentes, mais elles ont un point commun (outre l'époque et le contexte) : une bande-originale truffée de musiques modernes. On ne parle pas d'une reprise par le Vitamin String Orchestra, mais bien de titres d'artistes tels que Billie Eilish.
Les Irréguliers de Baker Street raconte l'histoire d'un groupe d'adolescent·es de la rue qui se retrouvent inextricablement lié·es à Sherlock Holmes alors qu'elles et ils tentent de résoudre des mystères surnaturels. Elle ne brise pas le quatrième mur avec sa sélection de musiques anachroniques et ne fait pas de parallèle significatif avec le monde d'aujourd'hui. Ces choix musicaux sont simplement une façon de donner à la série un ton léger, fun et accessible.
Tous les épisodes ne comportent pas un morceau connu ou moderne. Une grande partie de la série est simplement composée d'instruments électroniques, de violons (l'instrument de prédilection de Sherlock) ou d'une combinaison des deux. On retrouve aussi dans la série une sorte de chant de marins chantée par la mère de Bea et Jess - qui est peut-être plus approprié à l'époque et est, d'une certaine manière, l'air le plus populaire que vous entendrez en regardant la série.