“Vagin d’hiver” : le froid a-t-il une influence sur notre santé intime ?

Photographed by Sophie King.
L'idée que les changements saisonniers pourraient affecter notre santé intime a du sens - enfin, dans une certaine mesure. Par exemple, toute personne ayant déjà passé trop de temps dans un maillot de bain humide connaît les désagréments d'une mycose vaginale en été. Mais si vous avez déjà entendu parler de "vagin d'hiver", on vous rassure : ça n'existe pas.
Le terme "vagin d'hiver" a été employé il y a quelques années par le tabloïde britannique The Sun, dans un titre demandant "Les 'vagins d'hiver' sont-ils une réalité ?" La réponse était oui, selon une sage-femme interrogée, qui affirmait que les vagins peuvent s'assécher tout comme les lèvres (du visage) par temps froid.
Publicité
Dans le même article, The Sun cite Jen Gunter, autrice de La Bible du vagin, qui est connue pour briser les mythes sur la santé des femmes. Elle avait auparavant écarté l'idée d'un "vagin d'été" (oui, les vêtements serrés et mouillés peuvent provoquer des mycoses, mais non, le temps lui-même ne provoque pas de changements du pH vaginal). Et vous pouvez parier qu'elle avait aussi son mot à dire sur les vagins d'hiver. "La reine des glaces arrive et c'est une maîtresse cruelle", plaisantait Gunter dans un post à l'époque. "L'air est apparemment tellement sec dans les maisons au Royaume-Uni qu'il risquerait d'absorber toute l'humidité de votre vagin". Comme vous pouvez l'imaginer, le reste du post explique toutes les raisons pour lesquelles ce n'est pas le cas.
Même si vous vivez parmi les ours polaires dans la plus brutale des toundras hivernales, le froid n'a pas d'impact sur l'humidité de votre vagin. Contrairement à vos mains et vos lèvres, votre vagin est tapissé d'une membrane muqueuse, explique à R29 Karen Duncan, gynécologue-obstétricienne. Le temps froid n'affecte pas la production de mucus. Bien sûr, la peau de votre vulve ou de votre pubis pourrait, en théorie, devenir un peu sèche si vous avez tendance à avoir la peau sèche en général - mais un hydratant naturel sans parfum, formulé pour les peaux sensibles, devrait régler le problème (il suffit d’éviter d’en mettre sur vos lèvres). En général, le vagin ne craint pas les caprices du temps.
L'une des choses que vous avez peut-être entendues à propos de l'hiver et du vagin est liée à l'alimentation, et non au temps : le sucre contenu dans les biscuits dont nous avons tendance à nous gaver l'hiver peut provoquer des mycoses vaginales. Mais la plupart des études ont montré que cela n'était vrai que chez les personnes atteintes de diabète. Pour les personnes non diabétiques, "grignoter du pain d'épices de temps en temps ne devrait pas poser de problème", explique Heather Bartos, gynécologue-obstétricienne et fondatrice de MindShift Medicine.
Pour tout vous dire, les risques de développer certains problèmes vaginaux sont plus faibles en hiver qu'en été. Par exemple, une étude publiée dans la revue PLoS One a montré que nous sommes plus susceptibles de contracter des infections urinaires en été. Les chercheurs ignorent pourquoi, même s'ils pensent que les raisons peuvent être comportementales : il est possible que la fréquence des rapports sexuels soit plus soutenue en été, et cela peut provoquer des infections urinaires.
Mais en général, pour citer le Dr Gunter, "les vagins sont très fonctionnels en toutes saisons". Si vous contractez une mycose ou une infection urinaire, si vous avez l'impression que votre vagin est anormalement sec ou si vous avez des démangeaisons, ou encore si vous remarquez le moindre changement, consultez un gynécologue-obstétricien pour obtenir un diagnostic et un traitement approprié. Sinon, vous pouvez laisser votre vagin se débrouiller tout seul tout au long de l'année.
Publicité

More from Wellness