Je suis tombée enceinte après avoir pris la pilule du lendemain

Photo par Ashley Armitage
La première fois que j'ai pris la pilule contraceptive d'urgence (ou pilule du lendemain, comme on l'appelle plus communément en France), j'avais 16 ans et j'étais en seconde. Depuis lors, je l'ai prise cinq ou six fois, le plus souvent à mes propres frais et toujours par précaution en cas de "rattrapage" plutôt que comme une méthode contraceptive en soi, ce qui est exactement la façon dont le ministère de la Santé explique que nous sommes censé·es l'utiliser.
Ma relation avec la contraception est complexe. Je me suis battue contre les effets secondaires de la pilule contraceptive sur la santé mentale et mon corps a rejeté le stérilet dès le début. Le résultat est que dans mon cas, la pilule du lendemain a joué un rôle plus important dans ma vie que pour beaucoup de mes ami·es. C'était mon seul recours - jusqu'au jour où, après une déchirure du préservatif, elle n'a pas été efficace.
Publicité
Dire que j'ai été surprise d'apprendre que j'étais enceinte après l'avoir prise l'année dernière serait un euphémisme. Statistiquement, je faisais partie des deux femmes sur cent qui tombent enceintes après avoir utilisé un préservatif, puis des une sur vingt qui tombent enceintes après avoir pris la pilule du lendemain (Norlevo) dans les 24 heures qui suivent un rapport sexuel non protégé. Dans n'importe quel autre contexte, je me serais sentie exceptionnelle.
En France, depuis 2001, la pilule du lendemain est disponible sans ordonnance dans les pharmacies. Et, depuis 2002, est gratuite pour les mineurs. Il est aussi possible de se procurer la pilule du lendemain dans les infirmeries scolaires, au Planning Familiale ou dans un centre de planification. Il en existe deux types principaux : la levonorgestrel (connue sous la marque Norlevo en France, Levonelle au Royaume-Uni et Plan B aux États-Unis), qui a été la première à être inventée, et l'acétate d'ulipristal (connu sous le nom d'EllaOne), qui a été introduite plus récemment.

Je faisais partie des deux femmes sur cent qui tombent enceintes après avoir utilisé un préservatif, puis des une sur vingt qui tombent enceintes après avoir pris la pilule du lendemain.

La principale différence entre les deux est qu'EllaOne peut être prise jusqu'à cinq jours après un rapport sexuel non protégé, alors que Norlevo a un délai plus court (trois jours). Selon les directives du NHS sur la contraception d'urgence, cela est dû au fait que ces produits agissent en retardant l'ovulation, qui "est déclenchée par l'augmentation des niveaux d'une hormone appelée hormone lutéinisante (LH). La Levonelle (Norlevo) ne semble pas être efficace lorsque les niveaux de LH commencent à augmenter. EllaOne continue à être efficace un peu plus tard dans le cycle".
Publicité
Dans les deux cas, cependant, la pilule a beaucoup plus de chances d'être efficace si elle est prise dans les 24 heures suivant un rapport sexuel non protégé, et devient moins efficace avec le temps. Vous le savez probablement déjà, car cette information nous est transmise dès notre plus jeune âge. Pris selon ces directives, les pilules du lendemain sont efficaces à 95 %.
Pourtant, lorsque j'ai raconté mon expérience à mes ami·es et collègues, j'ai été surprise par le nombre de personnes qui m'ont dit que la pilule du lendemain n'avait pas fonctionné pour elles·eux ou pour quelqu'un qu'elles·ils connaissaient.
Hannah* est une étudiante de troisième cycle en psychologie de 35 ans. Elle est tombée enceinte après avoir pris une pilule du lendemain, qu'elle a achetée dans une pharmacie. "J'ai été stupéfaite, car, bien que je connaisse les statistiques, personne n'a expliqué les contextes dans lesquels la pilule du lendemain pouvait ne pas fonctionner", explique-t-elle. "Je n'ai découvert le mécanisme par lequel elle fonctionne qu'en faisant des recherches après coup, et si j'avais su qu'elle était liée à l'ovulation, je ne l'aurais probablement pas achetée, car le moment n'était pas propice".

La pilule a beaucoup plus de chances d'être efficace si elle est prise dans les 24 heures suivant un rapport sexuel non protégé, et devient moins efficace avec le temps.

Le problème est qu'il n'existe pas de statistiques officielles sur le nombre exact de femmes touchées par cette situation. Cela s'explique en partie par le fait qu'il est presque impossible de déterminer si elles sont faussées par les femmes qui ont pris la pilule du lendemain mais qui, autrement, ne seraient pas tombées enceintes. Samuelle Yohou, directrice médicale associée chez HRA Pharma, affirme que "toutes les personnes qui ont des rapports sexuels non protégés ne tomberont pas enceintes, mais statistiquement 55 sur 1 000 le seront". Selon Samuelle, la prise d'EllaOne réduit ce nombre à 9 sur 1 000.
Publicité
Mais cette statistique est mise en doute par les directives de la Faculty of Sexual and Reproductive Health (FSRH). Ils affirment : "Si 1 % de toutes les femmes recevant une méthode particulière de contraception d'urgence dans les 72 heures suivant un rapport sexuel non protégé à un moment quelconque du cycle tombent enceintes, le taux global de grossesse est évalué à 1 %. Cependant, pour une proportion importante des femmes incluses dans l'étude, le rapport sexuel non protégé n'aurait pas eu lieu pendant la période de fertilité et elles ne seraient de toute façon pas tombées enceintes".
En gros, cela signifie que si une femme a déjà commencé à ovuler lorsqu'elle a des rapports sexuels non protégés, la pilule du lendemain ne fonctionnera pas parce qu'un ovule a déjà été libéré. Le Dr Jane Dickson, vice-présidente de la FSRH, explique pourquoi : "Le principal mécanisme d'action de la contraception orale d'urgence consiste à retarder l'ovulation de sorte que les spermatozoïdes présents dans le tractus génital soient morts au moment de l'ovulation […] mais on pense qu'elle n'a aucune action une fois que l'ovulation a déjà eu lieu".
Ces informations figurent dans la notice qui accompagne EllaOne, et qui indique "La contraception d'urgence peut retarder l'ovulation au cours d’un cycle menstruel donné mais elle ne vous empêchera pas d’être enceinte si vous avez de nouveaux rapports sexuels non protégés". Curieusement, il est également indiqué que "Vous pouvez prendre EllaOne à n'importe quel moment de votre cycle menstruel", mais à aucun moment il n'est précisé que le stade de votre cycle dans lequel vous vous trouvez pourrait avoir un impact sur l'efficacité.
Publicité
Cela dit, la notice le précise : "EllaOne n'est pas efficace dans tous les cas : sur 100 femmes recevant EllaOne moins de 5 jours après un rapport sexuel non protégé, environ 2 seront enceintes". Mais si vous n'avez pas lu le petit dépliant ou si vous ne savez pas comment cela fonctionne, il est facile d'être pris·e au dépourvu en ne sachant pas que la proximité de l'ovulation aura une incidence sur la suite.
Dans mon cas, c'est un fait dont je n'avais pas du tout conscience jusqu'à ce que je tombe enceinte. En supposant que j'étais simplement ignorante, j'ai demandé à des ami·es et des collègues si elles·ils étaient au courant, et la réponse a été un "non" unanime.
Selon le Dr Dickson, "les directives sur la contraception d'urgence recommandent que, lorsqu'elles font un choix entre les méthodes de contraception d'urgence, les femmes doivent savoir que le risque de grossesse dépend du moment des rapports sexuels par rapport à l'ovulation".
Elle ajoute que "la seule méthode qui fonctionnera de manière fiable est un dispositif intra-utérin (DIU) d'urgence au cuivre", et qu'à cause de cela, "les femmes devraient être informées par le fournisseur de contraception orale d'urgence qu'un DIU au cuivre est l'option la plus efficace".
Il s'avère qu'un DIU au cuivre est non seulement plus efficace pour prévenir une grossesse non désirée (plus de 99 %), mais que le délai pour le prendre est plus long. "Il peut être inséré jusqu'à cinq jours après le premier rapport non protégé d'un cycle menstruel naturel, ou jusqu'à cinq jours après la première date probable d'ovulation (si celle-ci est postérieure)".
Publicité
Lorsque j'ai pris la pilule du lendemain dans la salle de consultation de la pharmacie l'année dernière, on ne m'a pas demandé où j'en étais dans mon cycle (que je connais avec une relative précision grâce à mon application de suivi, Clue) et personne ne m'a dit qu'un stérilet en cuivre serait peut-être plus efficace. Cela ne veut pas dire que ça aurait changé ma décision, mais ce n'est certainement pas une information qui a été fournie volontairement à l'époque par la personne qui m'a vendu la pilule.
Hannah a eu la même expérience. "A aucun moment, je n'ai eu connaissance d'une alternative plus efficace", me dit-elle. Bien sûr, les pharmacies ne sont pas en mesure de poser un stérilet, mais les femmes ne devraient-elles pas au moins être informées d'autres options plus efficaces ?

Il n'y a aucune raison pour que ces pilules ne puissent pas être proposées en vente libre de la même manière - et à un coût similaire - que des médicaments comme le paracétamol et l'ibuprofène.

Clare Murphy, British Pregnancy Advisory Service
"Je me suis demandé pourquoi j'étais maintenu dans l'ignorance. Était-ce pour que l'industrie pharmaceutique puisse continuer à faire des millions avec ce produit en ne dissuadant pas les femmes qui ne sont pas éligibles de le prendre ?" ajoute Hannah.  
Clare Murphy, directrice des affaires extérieures du British Pregnancy Advisory Service (BPAS), note que la pilule du lendemain "coûte quelques centimes à produire" mais est vendue "à une marge élevée". En France, une pilule du lendemain coûte entre 7 € et 20 € lorsque vous êtes majeure et peut être remboursée de 65 % par l'Assurance Maladie si vous avez une ordonnance. Toutefois, Clare souligne également que les marges bénéficiaires des détaillants sont encore beaucoup plus élevées qu'elles ne devraient l'être. Pour beaucoup de gens, 20 € ne sont toujours pas une petite somme.
Publicité
Bien sûr, si une méthode de contraception réversible à longue durée d'action comme le DIU peut être moins chère pour le système de santé publique à long terme, il n'en reste pas moins qu'elle n'est pas confortable ou viable pour certaines femmes.
Clare plaide avec passion pour que les pilules du lendemain soient plus facilement disponibles. Elle déclare : "Il n'y a aucune raison pour que ces pilules ne puissent pas être proposées en vente libre de la même manière - et à un coût similaire - que des médicaments comme le paracétamol et l'ibuprofène".
"Les pilules du lendemain sont sûres et aussi efficaces que les méthodes habituelles, et les femmes devraient les utiliser quand elles en ont besoin", affirme-t-elle. Ce qui reste évident, c'est que les femmes qui prennent la pilule du lendemain ont besoin de plus de clarté sur le moment et la manière dont elle est la plus efficace.
Selon les recommandations de bonne pratique publiées par la Haute Autorité de Santé (HAS) : "Le pharmacien est souvent le premier (voire le seul) interlocuteur sollicité dans le cadre d’une demande ou d'un conseil sur la contraception d'urgence. Au-delà de la délivrance, son rôle est particulièrement important en matière d'information, de conseil et, si nécessaire, d’orientation vers un autre professionnel de santé". Dans la partie 'Déroulé de l'entretien' il est recommandé d'"indiquer la possibilité de pose d'un dispositif intra-utérin sur prescription médicale, notamment en présence de contre-indication ou de précautions d'emploi". Cela va à l'encontre de mon expérience et de celle d'Hannah, et suggère que ces directives ne sont pas toujours appliquées. Et, il n'est pas demandé non plus explicitement au pharmacien d'informer que le DIU au cuivre est la contraception d'urgence la plus efficace.
Publicité
Tout cela m'a fait me demander s'il y a d'autres facteurs qui peuvent interférer avec l'efficacité des pilules du lendemain. Julia Hogan, responsable des infirmières pour la contraception et la santé sexuelle à Marie Stopes, m'explique que l'indice de masse corporelle (IMC) d'une femme et les interactions avec d'autres médicaments prescrits peuvent également avoir un impact.
"Si une femme a un IMC supérieur à 26 ou pèse plus de 70 kg, il est conseillé de lui donner une double dose de Norlevo", me dit-elle. Pour EllaOne, cela passe à un IMC de 30 ou plus et à 80 kg. En tant que femme ayant un IMC supérieur à 30, c'est une information qui - encore une fois - me prend par surprise. Quand on m'a vendu la pilule du lendemain, personne n'a pris mon poids ni mentionné que cela pouvait être un problème. Il en va de même pour les médicaments que j'ai pu prendre. "Les asthmatiques qui prennent des stéroïdes, par exemple, ne peuvent pas utiliser EllaOne".
Beaucoup de femmes qui prennent la pilule du lendemain sont, comme je l'ai été, susceptibles d'être stressées après s'être retrouvées dans la position de devoir faire face à une grossesse potentielle. Et nous ne pouvons pas oublier que parmi elles, certaines sont victimes de viols ou d'abus sexuels, qui connaissent déjà une énorme détresse émotionnelle. Peut-on vraiment s'attendre à ce que ces personnes soient confrontées à tous les problèmes liés à la contraception d'urgence alors qu'elles traversent peut-être une période difficile ? Devrions-nous attendre cela d'elles ?
Publicité
Il ne fait aucun doute que l'invention de la contraception d'urgence a changé la donne pour les droits des femmes et nous a donné plus de possession et de contrôle sur notre corps et sur ce qui lui arrive. Cela ne signifie pas pour autant qu'on doit s'attendre à ce que nous assumions la responsabilité de l'ensemble du processus de reproduction.
Les statistiques de l'Observatoire Régional de Santé (ORS) révèlent qu'en 2010, plus de 30 % des grossesses en France étaient classées comme "non prévue". Et qu'"en 2016, 12 % des Franciliennes de 15 à 49 ans concernées par la contraception ont déclaré avoir eu une grossesse non prévue au cours des cinq dernières années". Bien sûr, beaucoup de ces grossesses sont heureuses, mais il est surprenant que tant de femmes tombent enceintes "par accident", étant donné les méthodes contraceptives auxquelles les Français·es ont accès.
Comme pour toute conversation digne de ce nom, il est clair que c'est incroyablement complexe. Il est également évident qu'en tant que femme, il est important de savoir à quel stade de votre cycle vous vous trouvez lorsque vous faites l'amour, même si - ou surtout si - la grossesse n'est pas une chose que vous recherchez. Mais au bout du compte, les femmes ne peuvent pas faire de choix avisé en matière de contraception - d'urgence ou autre - si elles ne reçoivent pas toutes les informations nécessaires.
* Certains noms ont été changés pour protéger les identités.
Si vous avez des inquiétudes ou des questions concernant votre contraception - d'urgence ou non -, veuillez contacter votre médecin traitant immédiatement.

More from Wellness