Abus sexuel : “mon copain m’a craché dessus, giflée & étranglée”

Photographed by Eylul Aslan
Attention : le texte qui suit contient des détails que certain·es lect·rices·eurs pourraient trouver perturbants.
Mon ex-copain était adorable. Il avait rencontré ma famille, avait été mon "plus un" pour le mariage de mon frère, avait charmé mon père, m'avait demandé d'emménager avec lui, m'avait acheté des fleurs et m'avait dit qu'il m'aimait. J'étais béatement heureuse jusqu'au jour où nous avons fait l'amour et où mes sentiments envers lui ont complètement changé. Il m'a giflée au visage, m'a étranglée jusqu'à ce que je m'étouffe, m'a craché dessus et m'a traitée de salope. Je me suis sentie complètement dégradée, humiliée et insultée par l'homme que j'aimais.
Publicité
Nous étions ensemble depuis quelques mois lorsque ce comportement sexuel a commencé. On était au lit, on s'embrassait et on se déshabillait, puis la "conversation cochonne" s'ensuivit. Il m'a traité de pute et de salope et m'a demandé si j'avais été "une bonne fille" et si j'avais gardé les jambes fermées pendant son absence. Au fur et à mesure, il a commencé à me gifler, à me cracher dans la bouche, à enrouler sa main autour de mon cou et à serrer jusqu'à ce que je sois à bout de souffle. J'étais tellement choquée et intimidée par ce nouvel aspect de notre vie sexuelle que je ne savais pas quoi faire. Je lui disais d'arrêter, de retirer ses mains de mon cou et que je n'aimais pas être traitée comme ça, mais son comportement a continué à chaque fois que nous avons eu des relations sexuelles, même si je disais non. Il disait simplement que c'était ce qui l'excitait et que ce n'était rien.
Je sais ce que vous pensez : si tu n'es pas heureuse, pars. Va-t'en. Je dirais la même chose à n'importe quel ami à qui cela arriverait. Ce n'est que lorsque vous êtes vous-même dans cette situation que vous réalisez combien il est difficile de tourner le dos à quelqu'un que vous aimez et avec qui vous voulez être. Ma confiance en moi a lentement diminué au point de croire que c'est ainsi que j'allais être traitée pour toujours, que j'aimais cet homme et que c'était le sacrifice que je devais faire pour être avec lui. Je me suis résignée au fait que c'était notre vie sexuelle, mais j'avais peur chaque fois que nous faisions l'amour. Je n'en ai pas parlé à mes ami·es ou à ma famille, car j'étais gênée de la façon dont il me traitait, de ma pudeur et de mon aversion pour cette "perversion". Quand on aime quelqu'un, il est surprenant de voir à quel point l'esprit rationalise toute trace de doute.
Publicité
Au fil de notre relation, la vérité sur ses excitations est devenue évidente. Il regardait du porno tous les jours sans faute, même quand il pensait que je dormais à côté de lui. J'ai regardé son historique sur Internet et le porno était graphique, violent et dégradant pour les femmes ; celles-ci étant maintenues à la gorge dans des gangs-bangs ou imitant des scènes de viols violentes et horribles. Pendant nos rapports sexuels, il ne pouvait jamais avoir d'orgasme sans se terminer. Il finissait toujours par se branler à côté de moi et me faisait embrasser ses pieds ou caresser ses jambes. Il essayait de me forcer à lui faire une fellation en appuyant sur ma tête et quand je refusais, il disait que j'étais trop prude.
Après des mois, j'ai commencé à croire à ses insultes : que j'étais prude, ennuyeuse, pas assez soumise et qu'il était stupide de ma part de m'inquiéter autant pour notre vie sexuelle. Il a fallu notre douloureuse rupture pour que je comprenne. Il a rompu avec moi (par e-mail, je tiens à le préciser) après un an de relation, en disant que ça ne marcherait pas à long terme. J'ai eu le cœur brisé et je ne pense toujours pas m'en être remise, ce que je trouve frustrant. Mais j'ai aussi ressenti un soulagement de ne plus avoir à coucher avec lui ou à me sentir mal de ne pas lui avoir permis de cracher dans ma bouche pendant qu'il me traitait de pute.
Publicité
Ce n'est qu'avec le recul et en me confiant à ma famille et à mes ami·es que j'ai pu constater que je n'avais rien à me reprocher concernant notre vie sexuelle. Je suis une femme de 27 ans et j'ai le droit de dire ce que j'aime et ce qui ne me convient pas au lit. Il est inacceptable que quelqu'un vous rabaisse, vous dégrade et vous traite de pute alors que vous n'êtes pas d'accord avec cela. Ne vous méprenez pas, je suis tout à fait favorable à la libération sexuelle - quels que soient vos penchants, allez-y et explorez vos préférences sexuelles - mais pas au détriment du bien-être, de la confiance et de la dignité de quelqu'un d'autre.
Je suis restée avec mon ex principalement par amour. Je lui faisais confiance, il me faisait rire et faisait toujours ce qu'il disait qu'il allait faire, mais mes problèmes financiers jouaient aussi un rôle important. Pendant mes années en tant que stagiaire dans des magazines, je n'avais jamais gagné assez pour subvenir à mes besoins - surtout à Londres, où les loyers sont très chers. Quand mon ex m'a demandé si je voulais vivre avec lui sans payer de loyer après seulement deux mois de relation, j'ai sauté sur l'occasion. Je pouvais travailler en freelance et ne pas me soucier de l'argent. J'ai emménagé chez lui, mais j'ai constaté que je ne gagnais toujours pas assez pour m'en sortir, et encore moins pour économiser. Je savais que si nous rompions, je devrais déménager, car je n'avais pas de caution pour un nouveau logement. Ce type de crainte financière est la raison pour laquelle de nombreuses femmes ne sortent pas d'une relation violente, incompatible ou misérable. Le sans-abrisme est une perspective très réelle et terrifiante. J'ai eu la chance de savoir que ma famille serait toujours là pour moi, quoi qu'il arrive. J'apprécie cette situation au-delà de toute croyance et j'ai une sympathie inébranlable pour ceux et celles qui n'ont pas la même chose. Vous restez pour survivre.
Je repense à ma relation avec des sentiments mitigés. J'aimais cet homme et je voulais passer ma vie avec lui, pourtant je ne peux pas m'empêcher de penser que je ressentirai des sentiments différents une fois que je serai guérie sur le plan émotionnel et que j'aurai retrouvé mon estime de moi. Je continue à dire à mes ami·es de se défendre, de dire clairement à leurs partenaires ce qu'ils·elles pensent être acceptable dans une relation et ce qui ne l'est pas. Et je sais qu'il est temps que je fasse moi aussi ce que je prêche aux autres. Avec l'aide de ma famille et de mes ami·es, en me conseillant et en faisant plus d'exercice, je commence à voir plus loin et à en tirer des leçons - devenir plus forte mentalement et physiquement, et être capable de me défendre, tel est mon objectif.
Si vous êtes vous-même concerné·e ou connaissez quelqu'un qui est victime de violences sexuelles, vous pouvez contacter la ligne d'assistance "Violences Femmes Info" au 3919 ou signaler votre situation en ligne.

More from Sex & Relationships