The Kissing Booth 2 : et si on parlait de l’attitude toxique de Noah Flynn ?

Photo: Courtesy of Netflix.
Cet article contient d'énormes spoilers sur l’intrigue de The Kissing Booth 2, désormais disponible en streaming sur Netflix.
Dans le deuxième volet de The Kissing Booth, qui est sorti le week-end dernier sur Netflix, les fans peuvent enfin découvrir ce qui attend les deux amoureux Elle Evans (Joey King) et Noah Flynn (Jacob Elordi) dans ce nouveau chapitre de leur relation. Mais pour moi, ce deuxième chapitre est bien plus dérangeant que les papillons dans le ventre auxquels je m’attendais. Ce qui m'amène à cette conclusion : Noah n'est pas exactement le genre de garçon avec qui on a envie de finir.
Publicité
Les prémisses de The Kissing Booth 2, tout comme celles du premier film, sont assez simples. Après un été d'amour et de romance, les jeunes toutereaux font tout pour poursuivre leur relation malgré la distance qui les sépare. Elle termine sa dernière année de lycée à Los Angeles, et Noah passe sa première année à l'université de Harvard - même si on ne l'a jamais vu avec un bouquin depuis qu'on le connaît. Les relations à distance sont toujours compliquées, mais Elle et Noah pensent que pour eux, ça sera différent. Trois mille kilomètres de distance, ça n'est pas grand chose quand on s'aime.
Sauf que... ça l’est un peu quand même. La distance qui sépare Elle et Noah crée inévitablement des tensions dans leur relation et les défis auxquels sont confontés les deux adolescents ne font que mettre du feu aux poudres. M. Popularité a du mal à trouver ses marques sur le campus de sa prestigieuse université, et Elle s'inquiète de la possibilité que la nature de playboy de son copain refasse surface. Le fait que toute l'école pense qu'ils ont rompu n'aide pas. Ajoutez à ça la menace d'un nouveau crush potentiel - Marco (Taylor Zakhar Perez) - qui ressemble étrangement à Noah, mais en plus mignon (et il ne vit pas à l'autre bout du pays), et vous obtenez une situation explosive. Tout se complique, et des limites sont franchies. Et à vrai dire, Noah est en grande partie fautif.
Quand Noah s'installe à Boston, il fait ce que font la plupart des étudiants et s'immerge dans la culture du campus. Il lui faut un peu de temps pour s'installer dans ce nouvel environnement, mais Noah trouve rapidement ses marques à Harvard et, ce faisant, il s'éloigne involontairement de sa petite amie, déjà peu sûre d'elle.
Publicité
Noah cache certaines choses à Elle, des choses qu'il n'a vraiment pas besoin de cacher. Il ment sur ses sorties et sur les personnes avec qui il sort, même après qu'Elle lui ait avoué qu'elle se sent menacée par son amitié avec sa très charmante camarade de classe Chloe (Maisie Richardson-Sellers). 
Dans l'esprit de Noah, s'il ne joue pas franc jeu, c'est pour protéger Elle, pour ne pas qu'elle se fasse de soucis - il sait à quel point les apparences jouent contre lui - mais son attitude n'en est pas moins trompeuse. La fin ne justifie pas les moyens.
Et pour couronner le tout, Noah insiste pour qu'Elle s'inscrive à Harvard afin d'être à nouveau réunis, comme si c'était aussi simple que ça d'entrer dans la deuxième université la plus prestigieuse du pays. Pourtant, le problème dépasse largement la difficulté de la procédure de candidature à Harvard. Tout le monde sait que le rêve de Elle est et a toujours été d'aller à l'université de Berkeley avec son meilleur ami et accesoirement le frère de Noah, Lee (Joel Courtney), mais elle devra peut-être y renoncer si elle veut faire en sorte que les choses fonctionnent avec Noah.
Si j'avais été ado, je suis sûre que j'aurais été sensible à son dilemme. Juste au moment où elle a finalement réussi à avoir le garçon de ses rêves, son amour naissant est attaqué de toutes parts. Il est tout à fait logique qu'elle soit prête à tout pour que ça marche, au point d'ignorer son instinct et de poser de multiples candidatures, et même de passer des entretiens dans différentes écoles de la région de Boston pour pouvoir être près de l'amour de sa vie - quand on a 18 ans, ça va de soi.
Publicité
Mais j'ai maintenant la vingtaine bien tassée, et donc j'ai vécu assez longtemps (et assez d'échecs amoureux) pour savoir qu'on ne peut jamais, jamais, renoncer à ses projets pour un homme. Elle et Noah sont adolescents, et bien qu'ils soient amoureux pour le moment, il y a des chances pour que ça ne durent pas. Les sentiments changent. Les gens changent. Les hivers à Boston sont redoutables. Je le répète : ne renoncez jamais à vos rêves pour un homme.
Shakespeare a peut-être dit que l'évolution du véritable amour ne se déroule jamais sans heurts, mais lis la pièce, Elle, ça ne se finit pas bien. Tu ne te sens pas tranquille ou en confiance parce que tu ne peux pas avoir confiance en ce qu'il dit. Les personnes les plus proches de vous ont des doutes sur l'avenir de votre relation. Tu peux te sentir changer pour lui, faire toutes les choses que tu n'aurais jamais pensé faire. Tout ça, ce sont des red flags, baby girl... et pas des moindres.
Bien sûr, il s'agit d'une comédie romantique pour ados, donc quelques red flags ne sauraient faire obstacle au véritable amour, et le lien entre Elle et Noah ne fait que se renforcer avec les défis qu'ils doivent relever dans The Kissing Booth 2. La scène après le générique de fin soulève d'autres montagnes qui vont permettre au couple d'évoluer un peu plus dans un avenir proche : comme on ne pouvait s'y attendre, Elle est acceptée à Harvard ET à l'Université de Berkeley. Elle a le garçon, elle a les lettres d'admission - mais que va-t-elle choisir ?
Spoiler alert : ce sera probablement le garçon. *Soupirs*.

More from Movies