L’histoire vraie de Bloodwitch, le groupe de I Am Not Okay With This

Photo: Courtesy of Netflix.
Acné hormonale, éveil sexuel, complexes paternels et une fille qui peut faire exploser des choses par la force de ses pensées : I Am Not Okay With This apporte vraiment tout ce que l'on peut attendre d'une série pour adolescents. La série, qui met en vedette, l’actrice Sophia Lillis du film Ça, dans le rôle de Syd, présente également un nouveau groupe, Bloodwitch.
Le groupe est mentionné dans le roman graphique de Charles Forsman de 2017, sur lequel est basé I Am Not Okay With This. Pour la série Netflix, un membre fondateur du groupe britannique Blur, Graham Coxon, et la chanteuse Tatyana Richaud, 16 ans, ont donné vie au groupe, allant jusqu'à enregistrer un album entier de Bloodwitch, qui est maintenant diffusé en streaming.
Publicité
À l’origine ce n’était pas prévu. En fait, Jonathan Entwistle, l'esprit créatif derrière IANOWT, avait seulement demandé à Coxon d'écrire une chanson pour la scène où le voisin de Syd, Stanley (joué par Wyatt Oleff), écoute son groupe préféré. Coxon, qui avait déjà composé des chansons pour l'autre série d'Entwistle The End Of The F*cking World, a donc écrit le titre "Fly", un titre envoûtant qui a également fait de Syd une fan directe du groupe. Mais cela ne s'est pas arrêté à cette seule chanson et le guitariste a continué à produire les chansons de Bloodwitch.
Lorsque le morceau, "Hey Little Girl", qui rappelle Blondie, est apparu dans la bande-annonce, les fans ont commencé à se renseigner sur Bloodwitch, qui, pour être bien clair, est toujours un faux groupe. "C'est génial", dit Coxon à Refinery29 au téléphone. "Je voulais que ça sonne comme un vrai groupe".
Pour Coxon, c'était en quelque sorte un véritable groupe. Il a inventé toute une histoire pour Bloodwitch : le duo femme-homme a débuté en 1983, alors qu'ils avaient entre 16 et 19 ans. Ils ont été influencés par The Velvet Underground, My Bloody Valentine et The Jesus and Mary Chain. Bloodwitch est "une sorte de mélange de beaucoup de groupes que j'aimais quand j'étais adolescent", admet le quinquagénaire Coxon. Mais il qualifie le son du groupe de "folk obscur mignon", ce qui, selon lui, complète le charme naturel de la série.
Publicité
Richaud, étudiante en musique à Los Angeles County High School for the Arts (LACHSA) et fille de Yana Gorskaya, rédactrice en chef de IANOWT, a déclaré à Refinery29 que le groupe avait "un son brut, un peu vintage, mais aussi romantique - mais pas de façon sentimentale. C'est un peu comme l’ambiance qui se dégage des personnages de Syd et Stan".
C'est la musique de Bloodwitch qui aide les deux adolescents à créer des liens à un niveau plus profond. "Le fait que Stan fasse partie de ce groupe obscur et cool le rend instantanément plus intéressant pour Sydney", écrit Richaud. "C'est un peu comme la voix de leur relation tout au long de la série."
Coxon voulait que le groupe créé pour la TV aide ces adolescents exclus à se sentir un peu moins seuls. Mais il admet que la musique qu'il a écrite pour la série l'a aussi fait voyager dans le temps. Lorsqu'il écoute l'album - qui serait la plus grande compilation de tubes de Bloodwitch, si le groupe existait vraiment - le musicien déclare avoir l'impression d'avoir à nouveau 15 ans.
Ecoutez le disque jusqu'au bout, dit Coxon, et vous entendrez les changements subtils dans le son du groupe au cours de leur carrière. (Il considère que le morceau punk "Motorcade" était le premier single de Bloodwitch et qu'ils se sont adoucis avec l'âge).
Coxon pense déjà au prochain album de Bloodwitch s'il venait à sortir une deuxième saison de I Am Not Okay With This. Il espère également que Netflix vendra bientôt des produits Bloodwitch et il pense que les fans l'aideront certainement à convaincre le service de streaming.
"Ce serait cool si les gens fabriquaient leur propre t-shirt et nous donnaient quelques idées sur ce à quoi il devrait ressembler", dit Coxon, qui portait son propre t-shirt DIY Bloodwitch lors de la première de IANOWT, réalisé à partir de son t-shirt Blondie préféré. "Peut-être que je devrais le twitter".
Publicité

More from TV