Pourquoi on ne trouve pas de vrai porno queer sur les sites gratuits

Photographie par Lauren Perlstein.
Il était une fois une jeune étudiante lesbienne, fauchée et excitée, qui aimait regarder du porno, mais qui ne pouvait pas se permettre de le payer. Je me suis donc familiarisée avec les catégories "lesbiennes" de différents sites pornos qui proposent des vidéos gratuites. Mais le contenu que j'y ai trouvé ne m'a jamais vraiment semblé queer. Tout comme d'innombrables femmes lesbiennes, je ne suis pas vraiment excitée par des images de femmes qui n'ont vraiment pas l'air de prendre plaisir à coucher avec une femme. Il y avait d'ailleurs des signes évidents qu'elles n'étaient pas du tout lesbiennes (coucou les ongles pointus de 15 cm). Il ne m'en fallait pas plus pour passer au porno hétéro.
Publicité
Maintenant, je me rends compte que le vrai porno queer - du moins, le porno produit et filmé avec une perspective queer - est rarement gratuit. Si vous voulez voir des personnes queer baiser et aimer ça, vous devez vous abonner à des sites comme QueerPorn.TV et The Crash Pad Series. Et il y a une très bonne raison à ça, selon Shine Louise Houston, directrice fondatrice et productrice de Pink and White Productions (qui gère The Crash Pad Series).
"Si vous fréquentez les sites où le porno est gratuit, vous contribuez à ce que les producteurs et les artistes ne puissent pas être payés", dit-elle. C'est vrai quel que soit le type de porno que vous regardez gratuitement, même les vidéos de porno mainstream ont probablement été piratées. Souvent, la différence entre un porno "éthique" ou "féministe" et un porno qui ne l'est pas tient à la rémunération des artistes. Les sociétés ont tendance à apposer l'étiquette "féministe" sur leurs films pornographiques, mais ça ne veut pas dire grand-chose, explique Houston. Pour elle, et pour tous·tes celles et ceux qui travaillent pour Pink and White Productions, le porno éthique implique que le consentement soit bien compris par toutes les personnes présentes sur le plateau, y compris l'équipe, et que tout le monde soit payé d'avance, de sorte que les artistes ne se sentent absolument pas poussé·es à faire des choses qu'elles ou ils ne veulent pas faire. La nourriture est fournie, les membres du plateau sont sobres et Houston s'assure que les pronoms de chacun·e soient respectés. En résumé, elle veille à ce que ses acteur·ices et son équipe se sentent en sécurité et respecté·es.
Publicité
Mais ce genre d'attentions a un coût, et il est important que les personnes qui regardent du porno produit par des sociétés éthiques et féministes paient pour ça, sinon la société court à la faillite. Selon Houston, c'est déjà arrivé à de nombreuses boîtes de production de films porno, car leur contenu s'est retrouvé sur des sites gratuits comme PornHub ou RedTube. Parfois, ces sites demandent aux producteur·ices de porno comme Houston s'ils peuvent avoir leur contenu gratuitement. Pour elle, la réponse est toujours non. "Ce n'est pas un gage de réussite que de pouvoir donner son contenu gratuitement", explique Houston. Elle refuse donc les demandes de diffusion de ses vidéos et réclame systématiquement aux sites web de retirer les vidéos mises en ligne sans autorisation.
Récemment, PornHub a commencé à monétiser certaines des vidéos mises en ligne sur le site, indique Houston, mais pour elle, ce n'est toujours pas une raison suffisante pour céder son contenu. Elle sait que d'autres sociétés de production de films pornographiques se plient aux exigences de ces sites parce qu'elles s'y sentent obligées. "Leur contenu est si souvent piraté sur PornHub qu'elles finissent par céder et devenir membre", explique Houston. Et c'est peut-être là la raison principale pour laquelle il est difficile de trouver du porno queer filmé par de vraies personnes queer sur les sites gratuits : parce que les sites ne se donnent pas la peine de les pirater.
Le vrai porno queer n'est pas vraiment mainstream, et il n'est donc pas rentable pour les sites de le voler. Si beaucoup d'hommes (et de femmes) hétérosexuel·les regardent du porno "lesbien" sur des sites gratuits, beaucoup d'entre eux seraient probablement moins excité·es par du porno entre filles qui ne serait pas réalisé du point de vue d'un homme hétérosexuel. La personne derrière la caméra fait une énorme différence dans l'impression générale de la vidéo. Les éléments de "male gaze" du porno que je regardais à l'université - les faux ongles, la fascination pour la position des ciseaux, les femmes qui crachent sur le vagin d'autres femmes (c'est étrangement courant...) - sont pour la plupart absents des vidéos de Houston, ainsi que des vidéos réalisées par d'autres producteur·ices queer. Bien sûr, on peut parfois y trouver des ongles très longs, mais on peut être sûr qu'ils sont là à des fins fétichistes et pas seulement pour faire joli. Il y a aussi beaucoup de corps gros, de femmes butchs, de personnes genderqueer et de strap-ons : des choses que l'on voit rarement dans le porno masculin. Ce genre de porno n'est pas aussi attrayant pour le grand public (majoritairement hétéro), et c'est probablement la raison pour laquelle vous ne le trouvez pas gratuitement.
Mais ne vous désolez pas de l'absence de porno queer sur les sites gratuits. Aussi étrange que ça puisse paraître de payer pour du porno, surtout quand tant de choses sont disponibles gratuitement en quelques clics, il est important de soutenir les producteur·ices et les artistes queer qui font le genre de porno qu'on a vraiment envie de regarder.

More from Sex & Relationships