Découvrez la méthode Kakeibo : l’art japonais de faire des économies

illustration par Louisa Cannell
Épargner, ce n'est pas vraiment la joie. Voire pas du tout. Même si vous avez l'impression de vous serrer la ceinture, il ne vous reste toujours que quelques pauvres euros sur votre compte à la fin du mois. On partage votre frustration.
Une grande partie de votre salaire est probablement consacrée au loyer. Puis il y a les factures et les frais de transport qui dévorent vos précieux deniers sans même que vous vous en rendiez compte.
Et puis il y a cette voix. Cette petite voix tatillonne au fond de votre esprit qui dit : "A quoi bon ? Tu n'auras jamais les moyens d'acheter une maison de toute façon. Offre-toi ce Mocha Blanc à 5 balles chez Starbucks. Tu le mérites".
Publicité
C'est là qu'intervient la méthode kakeibo, un "carnet de comptes" et la dernière tendance lifestyle japonaise qui fait parler d'elle. Le kakeibo a été inventé en 1904 par Hani Motoko, la première femme journaliste du Japon, et a été conçu pour aider les femmes actives à garder le contrôle de leurs finances. Récemment, le premier kakeibo en anglais, signé par l'écrivain Fumiko Chiba, a été publié et il est temps de le mettre en pratique.
Le concept est le suivant : au début de chaque mois, vous vous asseyez avec votre kakeibo et vous planifiez ce que vous allez dépenser, ce que vous allez économiser et ce que vous devez faire pour atteindre vos objectifs. Vous faites ensuite le point sur ce que vous avez réalisé. Si ça vous semble simple, c’est que ça l’est.
Voici ce que vous devez savoir :
1. Nous devons passer de l'épargne à la dépense.
Si vous vous dites : Pas de problème. Dépenser, on sait faire. Alors vous allez aimer la suite.
Chiba explique que nous devons remodeler notre attitude à l'égard de la budgétisation - nous devons "bien dépenser" pour "bien épargner" et vice-versa.
"Nous travaillons tous très dur pour vivre, et aussi pour profiter de la vie", nous dit Chiba. "Il est important de se souvenir de ce fait lorsqu'on épargne".
En d'autres termes, si l'épargne se résume à ce que l'on ne peut pas faire et à ce que l'on ne peut pas avoir, c'est une corvée, et nous allons probablement abandonner. S'il s'agit de budgétiser méticuleusement pour pouvoir faire et avoir ce que l'on veut vraiment, cela devient une perspective beaucoup plus attrayante.
Publicité
2. Ça aide de mettre les choses par écrit
Tenir un kakeibo consiste à enregistrer ses dépenses, mais il ne suffit pas de saisir des chiffres dans un tableur. Coucher le stylo sur le papier est un élément fondamental de cette pratique.
 "Une si grande partie de notre vie se déroule sur nos téléphones ou sur des écrans d'ordinateur", explique Chiba. "[L'enregistrement de nos finances en ligne] imite la manière instantanée dont nous dépensons l'argent. Le journal nous permet de s'éloigner de cela, et nous donne l'espace et le temps nécessaires pour examiner nos dépenses en détail".
En ce sens, dit Chiba, utiliser un kakeibo devient une sorte d'exercice de pleine conscience. "Notre monde est désormais si rapide que tout peut être acheté et payé presque instantanément. Un kakeibo nous aide à ralentir et à vraiment réfléchir à ce que nous achetons de manière calme et mesurée".
Au début du mois, vous devez donc calculer et écrire combien d'argent vous avez réellement. Examinez ce dont vous disposez, qu'il s'agisse de votre salaire, d'une partie de vos revenus en freelance ou des 20 euros que votre mère vous a versées pour votre anniversaire, et faites le total.
Ensuite, prenez vos "dépenses fixes" : les choses que vous devez payer, comme le loyer et les factures, et déduisez-les de votre montant total. C'est assez simple.
Il vous restera une somme que vous pourrez choisir d'"épargner" ou de "bien dépenser". Ne vous inquiétez pas si ce montant est à un chiffre pour l'instant - nous ne faisons que commencer.
Publicité
3. Vous devez être honnête sur vos "besoins" et vos "désirs"
La méthode kakeibo a pour but de désencombrer vos finances. Si vous avez suivi la dernière étape, vous savez combien d'argent rentre et combien d'argent doit sortir. Il est donc temps de déterminer comment vous dépensez le reste et comment vous pouvez faire mieux.
La méthode Kakeibo consiste à diviser vos dépenses en catégories avec précision. Par exemple, une catégorie pourrait être les plats à emporter. Les choses listées ici peuvent aller d'une soirée Deliveroo à un café à emporter. Faites preuve de rigueur.
Une fois que vous savez où va votre argent, vous pouvez faire le tri entre vos "besoins" et vos "envies" : ce dont vous avez absolument besoin, et ce dont vous pouvez vous passer. Bien sûr, nous avons tous·tes besoin de manger - c'est un "besoin". Mais soyons honnêtes, vous faire un bistrot, certes délicieux, à l'heure du déjeuner est une bonne vieille envie. Et bien sûr, les vêtements sont un "besoin" aussi - mais a-t-on vraiment besoin de dépenser tout notre argent disponible chez Topshop ?
Chiba conseille : pour vous rendre compte de vos "besoins", notez les choses qui pourraient vous nuire si vous n'y consacriez pas d'argent - il s'agit généralement de coûts qui ne disparaissent pas d'un mois à l'autre, comme la nourriture.
En examinant vos dépenses par blocs (plutôt qu'une liste interminable et culpabilisante de dépenses), vous pouvez identifier les domaines dans lesquels il vous est possible de faire des économies.
Publicité
4. Les espèces sont préférables aux cartes
De nos jours, nous sommes plus susceptibles d'avoir une belle collection de cartes que de l'argent liquide dans notre sac à main. Mais, selon Chiba, c'est peut-être là que nous faisons fausse route. L'utilisation d'une carte nous rend moins responsables vis-à-vis de nos dépenses, alors que l'acte physique de remettre de l'argent liquide est un acte auquel nous sommes plus susceptibles de réfléchir à deux fois.
Chiba suggère même de retirer de l'argent liquide de la banque et de le répartir dans des enveloppes étiquetées pour vous aider à respecter vos plafonds.
"Pour moi, le fait de placer physiquement l'argent dans des enveloppes vous rend moins susceptible de le dépenser pour d'autres choses, comme des verres avec vos amis", explique-t-elle. "De petits gestes peuvent faire une grande différence dans vos objectifs d'épargne. Agir avec patience et constance est ce que préconise le kakeibo".
5. Terminez le mois en méditant sur vos progrès.
Un coup d'œil à votre application de banque mobile (suivi de sueurs froides lorsque vous apercevez des chiffres uniques) ne suffira pas. À la fin de chaque mois, votre kakeibo exige que vous passiez en revue vos dépenses des quatre dernières semaines, que vous reconnaissiez vos succès et vos faiblesses et que vous fixiez des objectifs pour le mois suivant.
Selon Chiba, le suivi des dépenses dans les applications ne fait que nous montrer où nous nous trompons. Mais en utilisant un kakeibo, vous pouvez avoir une perspective plus large.
"Je trouve de la joie à économiser de petites sommes chaque mois. Ça n'a l'air de rien sur le moment, mais au fil du temps, ça aboutit à une coquette somme", explique-t-elle. "Votre période de révision vous permet de vous souvenir de ces progrès".
Alors procurez-vous un kakeibo, commencez à griffonner et n'oubliez pas de vous donner une tape dans le dos après un mois bien dépensé.

More from Work & Money