Faire des rencontres quand on est asexuelle : 3 femmes racontent

photographie par Refinery29.
Quand on parle de relation amoureuse de nos jours, la conversation a tendance à tourner autour du sexe et de l'intimité physique. Mais qu'en est-il si l'acte sexuel ne vous émoustille pas plus que de remplir votre déclaration d'impôts ?
Pour une personne qui s'identifie comme asexuelle, ce manque de désir peut être un obstacle à franchir pour trouver un partenaire romantique.
L'asexualité est une orientation aux multiples facettes qui décrit une personne qui ne ressent pas ou peu d'attirance sexuelle.
On peut s'identifier comme asexuel de différentes manières, des personnes bi-romantiques - une attirance romantique pour les hommes et les femmes - aux personnes asexuelles grises, c'est-à-dire celles qui peuvent ressentir une certaine attirance sexuelle, mais à une intensité moindre ou en de très rares occasions.
Il ne s'agit en aucun cas d'un phénomène nouveau, mais il a connu un regain d'intérêt récemment grâce à une plus grande sensibilisation aux orientations et à la fluidité sexuelles.
Le chiffre le plus souvent cité concernant la prévalence de l'asexualité dans la population mondiale est de 1 %. Ce chiffre est tiré d'un article publié en 2004 par le psychologue canadien Anthony Bogaert, qui a demandé à un large échantillon de personnes par qui elles étaient sexuellement attirées.
Par ailleurs, des sites communautaires tels que l'Asexual Visibility and Education Network (AVEN), qui diffuse des informations sur l'asexualité et offre un espace de rencontre aux personnes qui s'identifient comme asexuelles, enregistrent un nombre d'utilisateur·ices inscrit·es plus élevé que jamais. Depuis 2010, il est passé de 22 460 membres à plus de 100 000 en 2018.
Dans cet article, trois femmes qui s'identifient comme asexuelles nous racontent la réalité de faire des rencontres sans vouloir faire l'amour - ainsi que les avantages et les difficultés qui se présentent en cours de route.

More from Sex & Relationships