Pourquoi je chéris mes amitiés superficielles & vous devriez en faire autant

Photographed by Ashley Armitage.
On a rendez-vous dans 25 minutes. Mon téléphone sonne. C’est mon amie, Julie. « Désolée, j’ai un imprévu. On peut remettre ça à une autre fois ? » Dans les films (et les magazines...), ce genre de comportement fait sourciller. Si c'était un scénario de rom-com, Julie serait cette amie qui est une vraie catastrophe ambulante, qui a du mal à s’engager, toujours décoiffée, jamais très fiables.
Mais Julie, c'est moi. Je suis une Julie. On est des adultes. On sait qu'on a des emplois du temps chargés. Et que si l'une ou l'autre d'entre nous a besoin d'annuler un rendez-vous, même à la dernière minute, ce n'est pas un problème.
Publicité
On nous dit souvent qu’il faut être prêt à tout lâcher pour ses amis. Un·e ami·e sur qui on ne pourrait pas compter serait une personne qui ne pense qu’à elle. Mais Julie et moi, on a une relation « superficielle » et ça nous va bien comme ça. Elle n’est pas ma seule amie du genre d’ailleur. Je compte parmi mes ami·e·s de nombreuses personnes charmant·e·s, occupé·e·s, chaotiques et peu fiables, et ça ne me pose absolument aucun problème. Une fois, une amie a annulé un week-end la veille de notre départ. Cela n’a pas empêché les autres de profiter du voyage. Un ami et moi avons déjà changé nos plan de nous retrouver quatre fois cette semaine et c’est très bien comme ça. Une autre amie m'a même parlé de son repas d'anniversaire après l'événement, en disant : « J'aurais vraiment aimé que tu viennes, mais je savais que tu serais très occupée, alors je ne t'ai même pas invitée. » Certains auraient été blessés, mais je savais que ça ne la dérangeait pas et moi non plus.
Un autre ami a appelé deux d'entre nous le jour même de son anniversaire pour savoir si nous étions libres et voulions nous retrouver spontanément pour le déjeuner. C'était parfait. Il savait parfaitement à qui il s'adressait et il a lancé l'invitation en conséquence.
Ce n'est pas comme Sarah (dont le nom a été changé), que j'ai rencontrée il y a quelques années et qui, depuis, essaye de s'incruster à toutes nos sorties. Elle est la bienvenue, bien sûr, et je l'invite toujours, mais le stress qu'implique le besoin de tout contrôler et planifier jusqu'à la dernière lettre, ça a l'effet de la kryptonite sur moi et en conséquence, je déteste trop m'impliquer dans notre amitié.
Publicité
Vous vous dites peut-être que je suis une mauvaise amie. En tout cas, je ne pense pas que je le suis.... pas plus qu'une autre. Ceux qui sont le plus proches de moi diraient que je suis une personne attentionnée et prévenante et qu'ils aiment passer du temps avec moi. Je me souviens des anniversaires (la plupart du temps), j'invite à dîner et je suis toujours à l'heure — quand je n'annule pas.
La psychologue Karen Kwong dit que ces « amitiés superficielles » sont utiles : « Ce genre d'amitiés est facile à vivre et légère, ce qui signifie généralement qu'elles évitent le stress et la pression, en revanche elles sont fun, pratiques et fortes en camaraderie. Peu de planification est nécessaire et donc vous êtes sûre d'avoir quelqu'un à traîner à une expo d'art sans avoir à entendre parler de la maladie de sa mère et à quel point ça la rend triste. » Dur ? « Pas vraiment, répond Kwong, parfois on n'a pas envie d'entendre parler de quelque chose d'aussi intense lors d'une soirée entre amis. »
Les amitiés superficielles peuvent offrir toutes sortes d'avantages, dit Kwong : Vous pouvez faire différentes choses ensemble et obtenir de nouvelles perspectives parce que vous n'avez pas d'« habitudes » avec cette personne, vous devenez une personne libre et facile à vivre qui peut oublier ses problèmes le temps d'une nuit et cette personne n'a pas d'idée préconçue de qui vous êtes et ce que vous pensez. »
Par définition, une amitié superficielle signifie que très peu de choses sont attendues de vous. Les amitiés à enjeux élevés peuvent entraîner des disputes, de la colère, des larmes, comme pour un chagrin d'amour. J'entends des histoires d'amitiés qui ont pris fin parce qu'une partie n'a pas réussi à tout lâcher et à faire 200 km pour assister à un baptême, des amitiés qui se brisent car une personne n'a pas envoyé une carte de Noël trois années consécutives (ça pourrait être moi). Qui a besoin de ce genre de pression dans une amitié ? Cependant, soutient Kwong, » la beauté de ces amitiés « solides » peut aussi être de savoir que vous avez cette « personne » qui sera à vos côtés durant les bons et les mauvais moments de la vie. » 
Publicité
Kwong (et moi) pensons que les amitiés « superficielles » ont autant de valeur que les amitiés « solides ». Cependant, ajoute-t-elle, « il faut être conscient que ces personnes sont frivoles. Donc, si vous invitez quelqu'un à quelque chose et que vous savez qu'il est essentiel qu'il arrive à l'heure — ou qu'il arrive tout court —  alors peut-être qu'un·e ami·e frivole n'est pas le meilleur choix. Cependant, s'il s'agit d'aller boire un verre entre amis, invitez l'ami qui est habituellement prêt à passer un bon moment et apportera une dynamique différente à l'événement. » 
Je ne dis pas qu'il n'y a pas d'amis pour qui je laisserais tout tomber, et bien sûr j'ai des amis dont je suis plus proche que d'autres, mais j'accorde certainement autant d'importance aux deux types d'amis. En fait, l'un des amis que j'aime le plus au monde est quelqu'un à qui je n'ai pas parlé depuis des semaines. Toutefois, je sais que lorsqu’on réussira à se voir pour rattraper le temps perdu, on passera un moment de qualité tous les deux.
Contrairement aux relations amoureuses, on évoque rarement les limites de l'amitié, souligne Kwong. « Au lieu de cela, on devrait se fier aux indices sociaux et aux comportements pour les comprendre. » Essentiellement, explique-t-elle, « lorsque certaines choses vous rendent mal à l'aise, c'est une indication que vous ne voyez pas l'amitié de la même manière. Et c'est à ce moment là qu'il faut en parler afin d'être sûr d'obtenir ce dont vous attendez de cette amitié. »
Je pense que c'est le point crucial pour moi. Ne comptez pas sur moi pour jouer le rôle de compagnon de vie qui assistera à la célébration des six mois de votre bébé ou qui est prête à tout plaquer pour se rendre à Rhodes pour votre deuxième mariage. Voyez-moi plutôt comme la personne qui vient dîner de temps en temps ou qui vous accompagnera avec plaisir à un concert, mais aussi celle qui partira en courant si elle vous entend dire : « Faisons ça tous les mois ! »
«Parfois, c’est facile de se dire qu’on a rencontré sa nouvelle BFF au début d’une amitié, » explique Kwong. « Mais comme toutes les choses qui en valent la peine dans la vie, vous apprendrez qu’on n’attend pas tous la même chose d’une amitié. Ces ami·e·s là seront ravi·e·s de vous accompagner à votre prochain concert, mais si vous passez une mauvaise journée, ne vous attendez pas à ce qu’ils lâchent le concert pour venir vous écouter parler de vos problèmes. Ou peut-être vous écouteront-ils mais tenteront de vous aider de la mauvaise manière. » Vous savez quoi ? Moi, ça me va bien comme ça.
Publicité

More from Sex & Relationships