Outerknown : et si c’était la meilleure marque éco-responsable ?

A l’heure qu’il est, vous êtes sûrement conscients que plus de la moitié des marques qui se disent éco-responsable mentent. Vous devez aussi avoir entendu que la fausse fourrure est une catastrophe pour l’environnement. Et que la mode écolo est loin d’être accessible à toutes les bourses. Qu’à cela ne tienne, ce n'est pas pour ça qu'il faut perdre espoir.
Et si on vous disait qu’il existe bel et bien des marques pour tenir parole quand il s’agit de minimiser son empreinte carbone ? Parmi elles, Outerknown est probablement la plus prometteuse. Co-fondée par la légende du surf Kelly Slater et John Moore, la marque de prêt-à-porter pour homme vient d’annoncer le lancement de sa première ligne ...pour femme. Et on est ravies.
Etablie en 2015, l’engagement de la marque qui vise le milieu de gamme n’a jamais cessé de croître. Ici, on ne se limite pas à fabriquer des t-shirts en matières recyclées ou en coton bio. Outerknown a même été la première entreprise à rejoindre la Fair Labor Association, une asso qui défend une rémunération juste des travailleurs et de bonnes conditions de travail pour tous. Depuis ses débuts, la marque utilise pour la confection de ses vêtements ce qu’on appelle de l’Econyl® (un fil vierge recouvert de nylon recyclé, comme du fil de pêche, des débris et des tapis destinés aux décharges publiques) du chanvre cultivé sans déchets ni pesticides et d’autres matériaux éco-friendly.
Forcément, on en attendait pas moins de leur collection pour femmes. Avec des prix qui varient entre les 48$ et 268$ (ce qui est toujours moins cher qu’un sac de course à 440$), cette première collection se compose de 17 pièces, avec des tops, pantalons et robes qu’on se voit déjà porter tous les jours. Avantage de taille, certains de leur jeans (le S.E.A jeans) sont garantis à vie - et fabriqués par l’usine Saitex, la référence en matière d’usine de fabrication de vêtements éco-responsables. Plus important encore : toute la collection a été entièrement confectionnée avec de « bonnes » fibres, soit des fibres recyclées ou bio. On remarquera également la collaboration avec Piece & Co., une organisation qui aide les femmes à s’émanciper grâce à la fabrication textile, et s’engage à travailler avec des coopératives d’artisans à travers le monde.
« On a lancé Outerknown pour montrer qu’il était possible de créer de beaux vêtements en ayant non seulement recours à des pratiques éthiques, mais aussi à des matériaux bons pour l’environnement. » explique Slater, dans un communiqué de presse. « Le fait que notre marque ne cesse de grandir montre bien que les gens veulent faire des choix conscients en terme de mode. De plus en plus, on veut éviter de porter atteinte à l’environnement et aux personnes qui fabriquent nos vêtements. » Moore ajoute que l’idée de proposer une ligne pour femmes répond à la demande de leur clientèle, déjà composée de femmes avant même que la collection n’ait été lancée. « On s’est dit qu’il était temps de leur proposer des pièces qui leur soient directement destinées. »
Certes, vous aurez du mal à trouver des « ugly sneakers », des lunettes à verres micro et autres tendances nineties, mais c’est peut-être le prix à payer quand on pense aux 150 millions de tonnes de micro-plastique déjà présents dans nos océans, et aux 8 millions qui s’ajoutent chaque année.
Trèves de discussions, on vous laisse découvrir les pièces phare de la collection dans le diapo qui va suivre.