Stigmatophilie : si les piercings vous excitent, vous n’êtes pas seul·e

Illustration par Mallory Heyer.
Brooke* s'est fait percer les deux tétons à l'âge de 18 ans. Au début, dit-elle, elle était simplement attirée par l'esthétique. En approfondissant ses recherches, elle a appris que les piercings aux tétons pouvaient augmenter la sensibilité, ce qu'elle a considéré comme un plus appréciable. Dix ans plus tard, à 28 ans, Brooke affirme que les barres horizontales ont amélioré sa vie sexuelle et continuent de l'exciter - et son partenaire en redemande.
La stigmatophilie est le terme officiel pour désigner le fait d'être excité·e par des piercings et des tatouages (toutes les modifications corporelles réalisées à l'aide d'une aiguille). Ce terme s'applique aussi bien aux personnes excitées par leurs propres piercings qu'à celles qui apprécient les piercings et les tatouages de leur partenaire. Alors que les pierceur·euses affirment que les piercings des parties génitales et des tétons sont en augmentation et que des célébrités, de Rihanna à Kendall Jenner, se font faire les tétons, il n'y a pas beaucoup de recherches menées sur la stigmatophilie. On ne peut certainement pas faire d'hypothèses sur les motivations des personnes qui se font percer les parties génitales ou les mamelons, mais une étude publiée dans le numéro de 1993 du Journal of Psychology and Human Sexuality a révélé que sur les 362 personnes interrogées qui avaient les mamelons percés (292 hommes et 70 femmes), la majorité d'entre elles ont déclaré l'avoir fait par intérêt sexuel.
Publicité

Les barres horizontales ont amélioré la vie sexuelle de Brooke et continuent de l'exciter - et son partenaire en redemande.

Alors que certaines personnes, comme Brooke, se rendent dans une enseigne de piercing réputée, d'autres considèrent l'expérience du piercing comme un acte sexuel, qu'elles peuvent pratiquer avec un partenaire ou même un·e pro-domme. Les piercings font partie d'une catégorie plus large [de kink] appelée "needle play". C'est une pratique courante chez les pro-dommes", explique Michael Aaron, sexologue à New York et auteur de Modern Sexuality : The Truth about Sex and Relationships. Mistress Bettie Bondage, dominatrice professionnelle et éducatrice BDSM, affirme que beaucoup de ses client·es demandent à être piercé·es. "En tant que sadique, je suis plus qu'heureuse de me plier à cette demande", déclare Bettie Bondage.
Contrairement aux piercings aux tétons de Brooke, qui sont toujours en place dix ans plus tard, la plupart des piercings que Bondage réalise sur sa clientèle (essentiellement masculine) sont faits avec des aiguilles et sont temporaires. Cela signifie qu'elle les perce avec des aiguilles pendant la séance, puis retire les aiguilles à la fin de la séance sans insérer de bijoux. Selon Bettie Bondage, les trous de piqûre durent de quelques jours à une semaine et, à part de petites ecchymoses, les traces du kink s'effacent assez rapidement sans laisser de marques permanentes sur ses client·es.
Comme la plupart des kinks, la stigmatophilie couvre un large spectre. Comparé à celles et ceux qui, comme Brooke, sont attiré·es par le plaisir esthétique et sexuel que peuvent procurer les piercings sur les zones érogènes, Aaron affirme que les personnes qui s'adressent à des dominatrices professionnelles pour satisfaire leurs désirs aiment généralement se faire percer pour la sensation physique intense que procure la pénétration par une aiguille.
Publicité

Les personnes qui s'adressent à des dominatrices professionnelles aiment généralement se faire percer pour la sensation physique intense que procure la pénétration par une aiguille.

Si l'idée de vous faire percer les parties génitales et les mamelons vous excite et que vous envisagez d'essayer, prenez d'abord le temps de réfléchir à ce qui vous plaît dans ces pratiques, puis partez de là. Si vous souhaitez simplement vous faire percer les mamelons ou le capuchon clitoridien parce que vous aimez l'esthétique et que la sensibilité accrue vous intrigue, assurez-vous de faire vos recherches et de trouver un studio de piercing réputé qui respecte les règles de sécurité et de stérilisation.
Il est également important de prendre en compte la santé et la sécurité si vous recherchez la sensation de pénétration de l'aiguille elle-même, en dehors d'un salon. Les dominatrices professionnelles telles que Bondage utilisent les directives RACK (risk aware consensual kink) et SSC (safe, sane, and consensual) dans leur travail avec les client·es : Il s'agit de normes adoptées par la communauté BDSM qui permettent de garder toute activité fétichiste risquée sûre et consensuelle. Bettie Bondage explique qu'elle veille également à ce que les surfaces soient propres et stériles lorsqu'elle utilise des instruments de piercing, en optant pour des produits de nettoyage de qualité médicale pour les comptoirs et les plateaux, qu'elle porte des gants et qu'elle se désinfecte toujours, ainsi que ses client·es.
Mais il est également important d'être pleinement conscient·e des risques. Même lorsqu'ils sont réalisés dans des studios réputés, les piercings sexuels peuvent donner lieu à des complications, entraînant une perte de sensation temporaire ou permanente. Si vous êtes novice en matière de piercings et que vous souhaitez simplement un piercing sexuel durable plutôt que d'être la pelote d'épingles de quelqu'un, le meilleur point de départ est de vous adresser à un pierceur professionnel agréé.
*Le nom de famille n'a pas été divulgué pour des raisons de confidentialité.

More from Sex & Relationships