Mon ex m’aide à élever ma fille bien qu’il ne soit pas le père

Photographed by Eylul Aslan
« Dis bonjour à Didin, » voilà ce que j’ai dit à ma fille de 16 mois Maia. « Coucou », a-t-elle répondu avec la dextérité propre aux enfants de cet âge, avant de se tortiller pour descendre de mes genoux.
J’étais en train de FaceTimer mon meilleur ami David — que Maia appelle « Didin » – qui est en voyage en Amérique du Sud depuis fin novembre.
Avant de partir, David était une constante dans la vie de Maia. Il vivait avec nous – hormis les mois d’absence ci et là lorsqu’il était en voyage – et Maia est très attachée à lui. David s’occupait de Maia lorsque je devais travailler ou pour que je puisse me reposer la nuit, et en dehors de son grand père adoré, David est pour Maia ce qui se rapproche le plus d’une figure paternelle. Je peux presque vous entendre : « un meilleur ami ? Qui aide autant avec le bébé ? Ça devait être plus que ça. » Non, pas du tout. Notre relation est complètement platonique. Mais nous avons bien été ensemble dans le passé — pendant quatre ans pour être précise. Ma grossesse est de quelques manières une conséquence de notre rupture.
Publicité
David et moi nous sommes rencontrés, alors qu’on avait 17 ans, par l’intermédiaire d’amis communs. Nous étions leurs deux seuls amis célibataires qui étaient activement à la recherche de l’amour et j’imagine que nous deux, ça avait du sens. On s’est tout de suite entendu et David est rapidement devenu mon sanctuaire dans le monde chaotique qu’est l’adolescence. On se disait tout — on le fait encore — et on est passés par beaucoup de choses ensemble : mon bac et son diplôme universitaire, la maladie et le décès de mon grand-père, le mariage de son père, la maladie et la mort de Tom, mon beau-père. Nous sommes allés à Bali et au Sri Lanka ensemble et nous avons vécu ensembles durant une bonne partie de notre relation. Il était là pour me soutenir durant mes études, il m’a préparé à diner après mes longues journées de stages et il était toujours là pour m’écouter me plaindre. Mais bien que nous ayons grandi ensemble, nos sentiments se sont graduellement évaporés. Avant même de s’en rendre compte, nous n’étions plus un couple, mais simplement des amis, de très bons amis. On se chamaillait comme des frangins et malgré nos efforts, l’étincelle avait complètement disparu.
À 21 ans, après près de quatre années passées ensemble, (dont trois à vivre ensemble), nous avons décidé de nous séparer. Il n’y a pas de mots pour exprimer la douleur d’une rupture, même si celle-ci se fait en bons termes. Même si vous vous y attendiez depuis longtemps, le choc de ne plus avoir cette personne à vos côtés au quotidien affecte votre moral d’une manière qu’on ne peut pas prévoir. On l’a vécue chacun à notre manière. David a déménagé et s’est mis à sortir beaucoup plus souvent avec ses amis — il avait emménagé avec son meilleur ami. Durant le premier mois qui a suivi notre rupture, j’ai vécu seule pour la toute première fois et la solitude m’a rapidement rongée. Je me suis donc tournée vers Tinder. Deux très bonnes amies à moi ont emménagé avec moi et on s’est bien amusées, mais j’essayais de rebondir et je ne prenais pas toujours mes précautions. Il n’aura pas fallu longtemps pour que je tombe enceinte – quelques mois après ma rupture avec David.
Publicité

J’ai passé la plus grande partie de la nuit à retenir mes larmes et bien qu’il se doutait qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas, je n’arrivais pas à le lui dire.

Le jour où j’ai appris que j’étais enceinte, David et moi sommes allés prendre un verre près de mon université. C’était l’une des premières fois que l’on se revoyait depuis qu’il avait déménagé et on essayait encore de s’habituer à l’idée qu'on était de simples amis. J’ai passé la plus grande partie de la nuit à retenir mes larmes et bien qu’il se doutait qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas, je n’arrivais pas à le lui annoncer. Nous nous sommes revus un mois plus tard et j’ai décidé que cette fois je ne me dégonflerai pas. Nous déjeunions face à face quand je le lui ai annoncé en tremblant.
«Tu as un nouveau copain ? » m’a-t-il alors demandé.
« Non, ce n'est pas ça »
« Tu es enceinte ? » Il était sous le choc et je m’attendais à ce qu’il parte en trombe, qu’il me dise que j’aurais pu attendre un peu plus longtemps avant de passer à autre chose, que j’aurais dû faire plus attention.
Au lieu de ça, il m’a simplement demandé comment j’allais. « Si tu es d’accord, j’adorerai rencontrer le bébé quand il sera là, » m’a-t-il dit, ce qui m’a laissé sous le choc. Encore plus que le fait qu’il avait deviné ma grossesse en deux questions.
Sept mois et demi plus tard, voilà David assis sur mon canapé, la petite Maia dans ses bras. Il avait l'air à la fois terrifié et complètement gaga.
L’accouchement a été une expérience plutôt traumatisante pour moi, et il m’a fallu presque trois mois pour me rétablir. Si l’on ajoute à cela mon expérience difficile avec l’allaitement, j’avais grand besoin d’être soutenue durant les premières semaines. Lorsque l’on est une mère célibataire, avoir un “village” a disposition est d’une extrême importance. Mes parents, ma grande sœur et mes amis ont joué un rôle charnière dans le maintien de mon bien-être émotionnel durant ces premiers mois, mais je m’attendais à ce qu’ils soient là pour moi. David a été mon sauveur inattendu. Il a vu à quel point il était difficile pour moi de m’adapter mon tout nouveau rôle de maman et il est venu à mon secours à multiples reprises. Avant même d’avoir emménagé avec nous, il restait souvent la nuit et s’occupait de Maia afin que je puisse dormir un peu. La première nuit qu’il a passée avec nous, nous n’avions pas prévu qu’il aide. Il avait travaillé toute la journée et il était épuisé. Mais il était deux heures du matin et Maia, qui avait 6 semaines, ne s’arrêtait pas de hurler. J’avais envie de mettre ma tête dans la cuvette des WC, c’était un vrai cauchemar. C’est là que David est entré en jeu et il a bercé Maia jusqu’à ce qu’elle se rendorme, ce qui m’a permis d’avoir quelques minutes de calme.
Publicité
Six semaines plus tard, il emménageait avec nous chez ma mère, principalement parce qu’il savait qu’il voulait voyager, et louer un appartement entre temps était incroyablement cher. Maman et moi étions plus qu’heureuses de partager avec lui notre espace, car il faisait partie de la famille. Entre janvier et novembre, avec l’exception de deux ou trois mois où il voyageait, David était là et nous a aidées. Il a continué à s’occuper de Maia la nuit, sortait la promener durant la journée pour que je puisse travailler. Il jouait avec elle pendant que je prenais ma douche, et — avant tout — il a établi avec Maia un lien solide et elle l’adore.
Jour après jour, lorsque nous allions déjeuner ou faire du shopping ensemble, David m’offrait un répit bien nécessaire quand on est parent solo. On se disait souvent qu’on devait le prendre pour le père de Maia, comme ils se ressemblent d’une certaine manière, ce qui m’a beaucoup aidé. Avant d’être maman solo, on ne se rend pas compte de la fréquence à laquelle on vous fixe lorsque vous vous promenez avec un bébé. C’était bien moins le cas lorsque Maia et moi déjeunions avec David. Le stigma qui entoure les parents solos peut parfois sembler paralysant, surtout lorsque l’on réalise que l’on est la seule personne responsable pour cet enfant.
Bien que je n’aie pas fait de vraie rencontre depuis, j’ai eu de brèves discussions avec des personnes qui m’intéressaient et je pense que l’amitié qui me lie à David effraie nombre de ces personnes. Je mets un point d’honneur à le mentionner, lui et son importance dans ma vie et celle de Maia, car je veux être sûre que personne ne conteste la place de David. Idéalement, ils seraient même en mesure de créer des liens, mais c’est peut-être trop en demander. Tout ce que je sais — et ce que j’ai appris de David – c’est que parfois les plus belles relations sont celles qui découlent de scénarios inattendus, qui transforment une vie. Il faut simplement leur laisser la place de s’épanouir.
Publicité

More from Wellness