Meghan Markle interviewe Michelle Obama pour le British Vogue

Photo: Joel C Ryan/Invision/AP/Shutterstock.
Quand le British Vogue a demandé à Meghan Markle de réaliser une interview pour leur numéro de septembre, elle savait qu'il faudrait marquer le coup.
Il fallait que ce soit – selon ses propres mots –quelqu'un de « gentil, d'inspirant, de motivant et de drôle, mais quelqu'un aussi qui est suffisamment de profondeur et de légèreté » pour parler de ce grand sujet qu'est la maternité. Forcément, Michelle Obama arrivait en tête de liste.
La dernière fois que Michelle Obama s'est exprimée à ce sujet, c'était dans le numéro de Vogue intitulé « Forces of Change », aux côtés de Salma Hayek, Jane Fonda et Laverne Cox. Pour cet interview, Meghan aura posé ses questions à l'ex First Lady à l'écrit. Sa première question : qu'avez-vous appris de la maternité ?
Publicité
« La maternité m'a appris que la plupart du temps, mon travail consiste à leur donner suffisamment d'espace pour explorer et devenir la personne qu'elles ont envie d'être ». répondra-t-elle. « Pas la personne que j'ai envie qu'elles soient, j'insiste, ni la personne que j'aurais aimé être à leur âge, mais ce qu'elles sont vraiment, au fond d'elles ».
Michelle poursuit en mentionnant l'une de ses plus grandes batailles : ne pas toujours tenter de protéger ses enfants du monde et de cruauté ambiante, surtout quand ça tourne à l'obsession.
« En tant que mère, c'est normal d'avoir très peur qu'on fasse mal à nos enfants » écrit-elle. « Mais la vie a d'autres plans. Les bleus aux genoux, les routes sinueuses et les coeurs brisés font partie du « deal ». Ce qui me fait du bien, c'est de constater à quel point mes filles sont capables de résilience. »
Puis Meghan demande à Michelle quels conseils elle aime donner à ses filles. Sa réponse ne manquera pas de surprendre. Elle explique qu'elle n'est pas devenue avocate par passion, mais par conformisme : « Ça sonnait comme un bon travail, pour les gens respectables ». Aujourd'hui, elle veut que ses filles choisissent une voie qui les passionne et n'aient pas peur de briser les règles, si c'est pour poursuivre leur rêve.
« Quand j'étais plus jeune, je passais mon temps à m'inquiéter de ne pas en faire suffisamment, ou de ne pas suivre la bonne trajectoire. Ce que j'aimerais que mes filles réalisent - si possible plus tôt que moi - c'est qu'il n'y a pas de voie royale, et que c'est normal d'hésiter, mais aussi que la force de caractère qu'il faut pour s'en rendre compte prend du temps à être acquise. »
Publicité
Elle rajoute qu'elle donnerait les mêmes conseils à ses fils, si elle en avait eu. Un clin d'oeil jeté à Meghan, sans doute. Dans l'article, Meghan commente en disant que si elle avait su que Michelle répondrait aussi ouvertement à ses questions, elle aurait pris le téléphone pour lui parler de vive voix.
Dernière question enfin, plus joueuse : « Quel est le plus beau son que vous ayez entendu ? »
« Quand Malia et Sasha était nouveau-nés, Barack et moi adorions passer des heures à les regarder dormir. On adorait écouter les petits bruits qu'elles faisaient, surtout quand elles dormaient à poings fermés. Je sais très bien à quel point ses premiers mois peuvent être épuisants, il n'y a aucune doute là-dessus. Je pense que vous en savez quelque chose....Savourez ces instants car ils sont précieux. »
Publicité

Plus de Santé